Accueil Bgayet Le curage des caniveaux terde à venir

Vallée de la Soummam

Le curage des caniveaux terde à venir

93

Le curage des caniveaux longeant la RN 26 dans certaines localités de la vallée de la Soummam fait toujours défaut. En effet, à l’instar des villages Amirouche (Ex-Riquet) et Allaghane, situés, respectivement, dans les communes d’Akbou et Tazmalt, les caniveaux longeant la RN 26, qui traverse ces deux localités, ne sont toujours pas curés, en dépit des risques d’éclatement d’orages et de chute de pluie, en cette période de l’année.

Malheureusement, ces fossés d’évacuation des eaux pluviales sont obstrués et pleins d’ordures, de gravats, de branchages, de couches de boue sèche et de pierres. Ils sont transformés en dépotoirs, où les automobilistes et les commerçants y jettent leurs détritus sans aucun ménagement. Par manque de civisme, les déchets s’amoncellent dans ces espaces créés uniquement pour évacuer les eaux de pluie. «A chaque ondée, les caniveaux longeant la RN26, au niveau de notre village (Amirouche, ndlr), n’évacuent pas les eaux torrentielles, qui envahissent et inondent la chaussée, gênant et parfois même coupant la circulation automobile dans notre bourgade.

Le nettoyage et le curage des caniveaux n’interviennent pas à temps. Ils sont effectués après chaque pluie diluvienne, ce qui n’est guère rassurant. Lorsqu’un orage éclate, notre village se transforme en une zone sinistrée, où les eaux inondent surtout la chaussée et les venelles non pourvues de système de drainage des eaux pluviales !», regrette notre interlocuteur. C’est la même situation qui prévaut à Allaghane.

En effet, quand la pluie tombe en abondance, elle inonde la RN26, perturbant sérieusement la circulation routière surtout au niveau du passage à niveau situé à la sortie Est du village. «Le curage des caniveaux n’est pas effectué de façon régulière à Allaghane, d’où les récurrentes inondations qui surviennent à chaque pluie torrentielle. Les services de la voirie de Tazmalt n’interviennent qu’une fois les dégâts faits, au lieu d’anticiper sur les événements», déplore un autre habitant d’Allaghane.
Syphax Y.