Accueil Bgayet Le grand gâchis des peaux de mouton !

Elles sont jetées pêle-mêle avec les ordures ménagères

Le grand gâchis des peaux de mouton !

349

Le rejet systématique des peaux de moutons sacrifiés le jour de l’Aïd a, non seulement, encombré les opérations de collecte des ordures, mais
cela constitue un gâchis de cette matière, jadis valorisée.

Malgré les efforts louables déployés par l’APC de Béjaïa qui a mobilisé un grand nombre de camions de collecte des ordures, le premier jour l’Aïd El Adha, pour sillonner la ville dans tous les sens et la débarrasser des déchets engendrés par le sacrifice, des peaux de mouton et autres immondices jonchent encore les ruelles de certains quartiers. Il est question, notamment, des quartiers périphériques, comme Sidi-Ahmed, Iheddaden Ouadda, Taklait ou Dar-Djebel.

En effet, dans l’après-midi du deuxième jour de l’Aïd, des tonnes d’ordures nauséabondes jonchaient de bout en bout les grandes artères. Des habitants se sont alors demandés si c’est l’opération de nettoyage initiée par l’APC qui s’est arrêtée à la fin du premier jour de l’Aïd ou si dans ces quartiers, il y a un surplus de déchets. Bien que cette fête dure deux jours, des déchets continuent encore à être générés. Pour cela, l’opération de nettoyage spéciale Aïd ne devrait pas se limiter au premier jour seulement.

Par ailleurs, la majorité des habitants ne savaient pas où se trouvaient les points de distribution gratuite de sacs poubelle. De ce fait, ils ont utilisé des sachets ordinaires de faible volume qui se déchirent facilement.

A noter que cette année, l’APC, en collaboration avec d’autres services, a eu la bonne initiative de récupérer les peaux de mouton salées, pliées et mises dans des sachets, ce que d’ailleurs tout le monde a applaudi. Mais comme les endroits de dépôt de ces peaux ne sont pas indiqués, les citoyens se sont contentés de les déposer dans des sachets, au niveau des décharges des quartiers. Mais au grand dam des riverains et des passants, il arrive souvent que ces sachets soient ensevelis sous d’autres sachets d’ordures. Au final, ils restent sur place et ne sont pas ramassés et sous l’effet de la chaleur, ils dégagent des odeurs pestilentielles.
B Mouhoub