Accueil Bgayet Le maire menace de saisir la justice

EL-FLAY - Litige autour de la décharge communale

Le maire menace de saisir la justice

346

Le P/APC d’El-Flay, Idir Agad, a fait état de son intention de saisir la justice pour contraindre les communes limitrophes, telles que Tibane, Chemini et Souk Oufella, à cesser le déversement de leurs ordures dans la décharge de sa municipalité.

«C’est la seule solution pour mettre un terme à ces déversements, qui sont faits contre mon gré. Nous avons tenu plusieurs réunions avec les responsables des APC concernées, mais sans résultat», a déclaré l’édile communal. «Le site où est implantée notre décharge communale suffit à peine à l’entreposage de nos propres déchets. Depuis que les APC voisines s’y délestent de leurs ordures, la situation est devenue ingérable, avec un large débordement sur le lieu d’entreposage initial», a-t-il fait savoir. Comme toutes les décharges communales, celle d’El-Flay est un dépotoir sauvage, plus ou moins contrôlé, a-t-il rappelé. Elle est implantée sur le lit majeur de Oued Soummam à l’aval du chef-lieu communal. N’ayant bénéficié ni d’une clôture ni de gardiennage, ce dépotoir à ciel ouvert est devenu un fourre-tout et a pris des proportions alarmantes, a-t-on constaté.

A noter que ces ordures hétéroclites sont déposées à l’emporte-pièce et disséminées un peu partout. L’écosystème, pourtant classé site Ramsar, a alors pris les allures d’une poubelle géante. On y trouve aussi bien des ordures domestiques que des déchets inertes et des résidus industriels multiformes. Et pour en réduire le volume, des opérations d’incinération sont régulièrement pratiquées. En témoignent ces volutes permanentes de fumées qui enveloppent le périmètre de la décharge et empestent l’environnent immédiat, tout en injectant dans l’air une multitude de polluants chimiques. Des riverains ont d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme sur le risque potentiel que fait courir cette décharge, aux habitants alentours. Une autre conséquence tout aussi pernicieuse, mais néanmoins insidieuse, a trait au risque de contamination de la nappe phréatique par le truchement de la percolation des lexiviats, issus de la fraction organique de cette décharge. Un risque qui ne semble pourtant pas échapper aux responsables de l’APC d’El-Flay : «Nous sommes conscients de cette pollution à grande échelle, mais nous n’avons pas d’autre alternative pour délocaliser cette décharge. Notre commune ne dispose même pas d’un mètre carré de terrain», a avoué le maire.
Nacer M.