Accueil Bgayet Le projet d’une décharge bute sur des oppositions

Béni Maouche

Le projet d’une décharge bute sur des oppositions

87

La gestion des ordures ménagères est devenue un sujet de préoccupation pour le staff communal de Béni Maouche et une source d’inquiétude pour la population. Et pour cause. Depuis la fermeture, voilà plus de dix ans, de la décharge communale par des riverains, qui avaient peur pour leur santé, le cadre de vie ne cesse de se dégrader. Aussi, il faut savoir que les différentes démarches entreprises par les responsables de la municipalité, auprès des villageois, dans le but d’obtenir leur assentiment pour l’implantation d’un site d’entreposage des déchets ont débouché sur un flop. «La dernière rencontre en date remonte à deux ans. Nous avions réunis tous les représentants des villages pour leur exposer le problème et solliciter leur contribution afin de le solutionner.

Nous avions même proposé au village de nous réserver un terrain pour la décharge, en contrepartie de 4 milliards de cts, soit presque la totalité de l’enveloppe des Plans de développement communaux (PCD), en vain», dira un responsable de l’APC, tout en déplorant ce statu quo préjudiciable. Dès lors, l’APC s’est vu obligée de déverser les déchets collectés dans la décharge publique d’Akbou, à 25 km du chef-lieu communal. Cette prestation est non seulement consentie à titre onéreux, mais elle ne couvre que quelques localités à gros gisement de déchets, comme le centre urbain de Trouna et quelques quartiers de la périphérie.

Quant aux autres villages et hameaux, plus d’une vingtaine, ils ne bénéficient plus de la collecte et de l’enlèvement des ordures. Cela fait plus de dix ans que cela dure et les dépotoirs sauvages ont eu tout le temps de pulluler et même d’accaparer tous les espaces, signale-t-on. «La pollution n’a jamais atteint une telle ampleur. Tous les coins sont envahis par des monticules d’ordures malodorantes», témoigne un citoyen du village Tizi Adjissa. Pour sa part, un autre villageois d’Aguemoune fait le même constat : «Nous sommes submergés par les tas d’immondices qu’on tente parfois d’éliminer par l’incinération. Une situation dont les effets sur notre santé peuvent s’avérer lourds de conséquences.»

Nacer M.