Accueil Bgayet Le projet tant attendu !

TAMRIDJET - Ouverture d’une piste agricole

Le projet tant attendu !

466

Les habitants de Tamridjet ont poussé un grand ouf de soulagement, après la décision prise pour l’ouverture d’une piste agricole, au niveau de leur village. À présent, leur souci est de voir ce projet aboutir dans les plus brefs délais. Classée comme commune rurale, enclavée et située au creux de la montagne Zen, accrochée au mont Babor, Tamridjet est distante du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa de 50 km. Sa superficie est de 53,27 km2, dont 70% sont des espaces forestiers difficilement ou carrément inaccessibles.

Ainsi, l’accès aux espaces forestiers et aux parcelles de terrain privées n’est possible qu’à pied. Pour rappel, une piste agricole vers la montagne Zen avait été ouverte jadis, ce qui avait permis d’accéder aux domaines agricoles et a facilité l’extension urbaine. Chose qui a également encouragé les villageois à ériger de nouvelles constructions. Mais à présent, tout le village est en gestation, en attendant l’ouverture de la nouvelle piste agricole. De 10 km, elle sera réalisée à partir du territoire forestier appartenant à la commune de Derguina vers la commune de Tamridjet et permettra aussi de désenclaver les villages environnants.

Cette piste va également permettre aux pompiers d’intervenir dans le cadre de la lutte contre les incendies mais aussi aux villageois d’accéder à leurs propriétés laissées à l’abandon, faute de moyens de transport et d’accessibilité. Dans le même volet, les habitants de Laâlem attendent toujours l’achèvement de la route donnant accès à la RN9, juxtaposant le territoire de la commune de Melbou. En dépit des promesses qui leur ont été faites à l’époque d’Amar Ghoul, ex-ministre des Travaux publics actuellement en détention, ce projet est mort-né. Il avait été entamé sans études préalables et une enveloppe financière aléatoire lui a été octroyée dans la foulée des protestations assorties de fermetures périodiques de la mairie et de la RN9.

En tout cas, la reprise de ce projet soulagera grandement les 4.000 habitants de Laâlem et Zentout. Deux villages qui possèdent de beaux sites touristiques, en l’occurrence des cascades et des paysages verdâtres. L’ouverture de cette voie réduira le trajet parcouru, d’une heure à 15 minutes, en passant par le CW17, mais désenclavera surtout les mechtas environnantes, à l’instar de Taremant, Ameloueche, Tarikt et Ahriq.

De même, elle permettra le labour des terres fertiles, d’autant plus qu’une retenue collinaire naturelle existe dans cet endroit paradisiaque. A titre de rappel, les autorités coloniales avaient planifié un barrage dans cette zone qui capte les eaux de pluie et de ruissellement des rivières de façon permanente. Mais Aghlam, Tinachabin, Timzalet et Taghziout demeurent toujours sans accès. De grandes superficies de terres cultivables sont par conséquent abandonnées.
Nadir Hama