Accueil Bgayet L’école d’Ouafra en chantier

Kherrata

L’école d’Ouafra en chantier

39

L’école primaire du village Ouafra dans la commune de Kherrata abrite depuis le mois de mars 2019 un chantier relatif au remplacement de son aile dégradée par de nouveaux locaux pédagogiques. Un investissement indispensable, car dicté par l’impératif d’assurer aux apprenants et au corps pédagogique des conditions optimales de sécurité et de confort. Mais le chantier est à l’arrêt bien avant l’avènement des vacances d’été, a-t-on fait savoir. «Le projet porte sur la destruction de trois salles de classe délabrées et l’érection sur le même site de locaux de substitution.

Cependant, les travaux ont été suspendus sitôt les vieilles salles rasées», affirme un responsable de l’APC. «Nous n’avons ménagé aucun effort pour relancer le chantier et l’achever à la rentrée des classes. Hélas, nos efforts n’ont pas été couronnés de succès», déplore-t-il. Les parents d’élèves et les éducateurs exerçant dans ce primaire, pour leur part, dénoncent «la dérobade et l’incurie» des responsables en charge de ce projet. «Nos enfants sont sacrifiés sur l’autel de l’incohérence et du laxisme. Prendre en charge un dossier aussi sensible avec une telle légèreté n’augure rien de bon», affirme un parent sur un ton acrimonieux. «Nos enfants sont placés dans des conditions incompatibles avec une scolarité correcte.

Avec ce genre de pratiques, on feint s’étonner que l’institution publique enfante des zombies et des analphabètes polyglottes», ajoute un autre parent d’élève. Un instituteur officiant dans cet établissement, qui compte un effectif de 350 élèves, se dit, quant à lui, étonné de l’arrêt brutal de ce projet, qui n’est pas sans impacter le fonctionnement de l’école. «Nous étions à l’étroit. Maintenant, nous le sommes un peu plus. Outre le sureffectif des divisions pédagogiques, cette nouvelle situation nous impose la pratique de la double vacation, qui met l’élève et l’enseignant à rude épreuve», dira-t-il, dépité.

N Maouche