Accueil Bgayet Les ouvrages de drainage obstrués

Akbou

Les ouvrages de drainage obstrués

95

Le chef-lieu municipal d’Akbou et sa périphérie sont parcourus par le très dense axe routier, la RN26 en l’occurrence, qui connaît un trafic routier incessant. Cette route qui traverse toute la vallée de la Soummam de Tazmalt jusqu’à la ville de Béjaïa est jalonnée, bien évidemment, d’ouvrages d’art plus ou moins imposants. Néanmoins, pour le cas de la commune d’Akbou, il a été constaté un certain nombre d’ouvrages de drainage des eaux pluviales lesquels se trouvent dans un état, le moins que l’on puisse dire, lamentable.

En effet, comme cette route enjambe des ravins, des gués, des ponceaux et autres ouvrages busés, exception faite des ponts comme celui de l’Oued Illoula, sont aménagés depuis des lustres et ce pour permettre aux torrents pluviaux de couler sous cette infrastructure pour ne pas l’inonder. Mais voilà, la plupart de ces ouvrages se trouvent dans un état de déliquescence avancé, à cause de leur délaissement.

Cela fait des lustres qu’ils ne sont ni curés ni réhabilités. D’après notre constat, ces ouvrages sont pour la plupart obstrués par les déchets en tout genre et un « conglomérat » de boue, de pierres et d’objets hétéroclites ce qui empêche les eaux des pluies de couler normalement provoquant, à chaque tombée de la pluie, de graves et ravageuses inondations de la chaussée à plusieurs endroits de la RN26. Des gués sont dans un état déplorable, à l’exemple de ceux situés dans les quartiers périphériques de Bouzeroual, Bouizane et Arafou.

Des ouvrages busés sont carrément oblitérés par des couches épaisses de boue en adhésion avec des déchets et autres branchages charriés par les crues des ravins et autres précipices qu’enjambent ces petits ouvrages d’art. « Aussi lointain que mes souvenirs remontent, je n’ai pas souvenance d’une quelconque opération de curage des ouvrages de la RN26 notamment ceux situés dans la commune d’Akbou. Ils sont laissés comme ça sans aucun entretien ni confortement.

Les torrents les ont complètement obstrués en charriant les pierres, la fange et les déchets. Cela sans oublier ces individus sans civisme qui jettent quotidiennement des déchets et des ordures ménagères dans ces ravins à proximité de ces ouvrages d’où leur oblitération », regrette un habitant de Bouzreroual.

Syphax Y.