Accueil Bgayet L’ouverture de pistes agricoles entamée

Chemini

L’ouverture de pistes agricoles entamée

192

De l’avis des fellahs, la réalisation de pistes agricoles est ce qu’il y a de mieux à entreprendre en Kabylie pour encourager les villageois à rester dans le village et à inciter ceux qui l’ont quitté à y revenir cultiver leurs terres, planter des arbres ou tout au moins ramasser leurs olives et ne pas laisser mourir les oliviers plantés par leurs ancêtres.

Par ailleurs, si, dans le temps, les ancêtres utilisaient les bêtes de somme pour transporter leurs récoltes d’olives, de caroubes ou autres des champs jusqu’à la maison, il est impensable qu’au XXIème siècle d’entretenir un âne ou un mulet toute l’année pour ne l’utiliser que pendant la récolte des olives.

Très au fait des problèmes que vivent ses administrés en matière d’accès à leurs lopins de terre, le P/APC de Chemini, M. Oudek El-Madjid, a pris la louable décision de mettre le paquet cette année sur l’ouverture de pistes agricoles au grand bonheur des villageois de la commune. Dans une déclaration à la radio locale, il souligne que ces derniers temps, il a déjà réalisé, sur les fonds propres de la commune, 12 kms de pistes agricoles et que l’opération continue grâce aux excédents budgétaires dégagés et qui remontent jusqu’à l’exercice de 1968.

C’est la première fois que l’APC a pu avoir un compte administratif, ce qui a permis d’affecter les sommes accumulées à l’agriculture et particulièrement à l’ouverture de pistes. Il a indiqué aussi que par nécessité, il a opté pour l’intercommunalité et à cet effet, il a tenu à remercier vivement son collègue, le maire de Fenaia, qui a mis à sa disposition un bulldozer pour ouvrir des pistes agricoles dans les villages de Chemini où il a entamé l’ouverture d’une piste agricole au village de Boumellal, piste qui va aller jusqu’à Tazdait en passant par le stade Tahemamt.

Ce tronçon aura, faut-il le préciser, une longueur de 3 kms. Cette nouvelle piste, en permettant l’accès aux champs en véhicules, permettra aux fellahs d’entretenir leurs lopins de terre, de planter des arbres et de ramener sans trop de difficultés leurs récoltes à la maison. Chemini, comme la plupart des communes de la Kabylie est une région montagneuse où, sans pistes agricoles, l’accès aux terres cultivables est très difficile, sinon impossible.

D’ailleurs, constate-t-on avec plaisir, dans les villages où il y a des pistes agricoles comme Smaoun, Ledjnane, Boumellal, Tidjounane, Taghrast, les habitants font la récolte de leurs olives et les transportent sans difficultés avec leurs véhicules. Le seul problème avec l’ouverture des pistes agricoles réside souvent dans l’opposition des villageois au passage du bulldozer sur leurs terres, oubliant que ce sont ces pistes qui mettent indéniablement leurs terres en valeur.

B Mouhoub