Accueil Bgayet Marche de soutien aux habitants de Snadla

Marche de soutien aux habitants de Snadla

Le village avait été, mercredi dernier, le théâtre de violents affrontements

135

Une imposante marche a eu lieu, avant-hier jeudi, dans les rues de la ville de Kherrata, en signe de solidarité avec les habitants du village Snadla, qui ont vécu, la veille, une journée mouvementée. En effet, des unités d’intervention de la Gendarmerie nationale sont intervenues tôt, mercredi dernier, pour rouvrir les vannes de la station de pompage du barrage de Ighil Emda, fermées, depuis plus d’un mois, par des habitants de Snadla, commune de Draâ El-Gaïd, lesquels revendiquent l’alimentation de leurs foyers, en gaz de ville. La réquisition de la force publique a donné lieu à des affrontements violents entre les gendarmes et des habitants de Snadla, faisant des blessés dans les deux camps. Le face-à-face entre les deux parties s’est également soldé par le saccage de dix voitures et des devantures de magasins et d’habitations. De même, un vent de panique s’est emparé des écoliers, qui ont carrément déserté les bancs de leurs établissements. Les stigmates de ces émeutes étaient encore visibles dans la matinée de jeudi dans les rues de ce paisible village, dont les habitants s’estiment «marginalisés».

Il faut signaler, au passage, qu’ils revendiquent l’alimentation de leurs foyers en gaz naturel depuis des années. «Nous ne pouvons plus attendre ! On nous a promis à maintes fois du gaz mais jusqu’à présent, rien n’a été fait», a indiqué un des représentants des villageois, tout en rappelant que l’actuel wali leur a promis, dernièrement, de satisfaire leur demande. «Il nous a promis (le wali, ndlr) de lancer l’étude et de raccorder notre village, au réseau de gaz naturel», a-t-il souligné. Pour rappel, des représentants des villageois mécontents avaient déjà été reçus par le chef du cabinet du wali, il y a une année, au siège de la wilaya. Au terme de cette rencontre, un procès-verbal résumant les revendications des habitants avait été dressé, tout en leur promettant de les prendre en charge, en vain. D’où leur persistance à maintenir le blocus sur la station du transfert des eaux du barrage Ighil Emda. Un barrage alimentant des communes de deux wilayas, en l’occurrence Béjaïa et Sétif. D’autre part, lors de la marche organisée, avant-hier, dans les rues de Kherrata, depuis la placette de la Liberté 16 février 2019 jusqu’au tribunal de la ville, des pancartes réclamant «l’ouverture d’une enquête» sur les évènements de la veille à Snadla ont été brandies par les manifestants, lesquels ont aussi dénoncé l’«usage disproportionné de la force» contre de paisibles villageois qui, d’après eux, n’ont fait qu’exprimer un de leurs droits élémentaires, à savoir le raccordement au réseau de gaz naturel.
F.A.B.