Accueil Bgayet Plusieurs dizaines d’arbres fruitiers ravagés par le feu

Barbacha

Plusieurs dizaines d’arbres fruitiers ravagés par le feu

72

En dépit de la baisse des températures, ces derniers jours, la commune de Barbacha a enregistré au moins trois départs de feu. Bien que de moindre importance par rapport à ceux qui se sont déclarés dans la région au mois de juillet dernier, néanmoins, ces incendies ont causé des dégâts à la broussaille, aux maquis et surtout aux arbres fruitiers. En effet, durant la journée du 29 août, un feu s’est déclaré au lieu-dit «Acherchour», en ravageant dix arbres fruits appartenant à un paysan lequel, dit-on, était en train de défraîchir son champ.

Il a été alors pris au dépourvu par le vent, qui a vite propagé le feu qu’il avait allumé pour brûler les mauvaises herbes. L’incendie s’est alors propagé sur une grande surface pour atteindre plusieurs arbres fruitiers, les transformant en quelques minutes seulement en cendres. Il aura fallu l’intervention d’une équipe de sapeurs-pompiers de l’unité d’Amizour pour venir à bout de ce sinistre. Le lendemain, un autre incendie s’est déclaré mais cette fois-ci à proximité du CW 158 reliant Brabacha à Amizour, via Aït Sidi Ali, au lieu-dit «L’Hammam».

Il a ravagé une grande surface de couvert végétal. A signaler que son origine reste, pour le moment, inconnue. Un autre départ de feu a été signalé du côté de la localité d’Aguni N’Sihel, lequel a détruit 1 hectare de brousse et ravagé une dizaine d’arbres fruitiers. L’intervention rapide des éléments de la Protection civile, appuyés par des citoyens, a permis de limiter les dégâts. Concernant les causes principales de ces incendies, une bonne partie serait d’origine humaine, selon la Protection civile. En effet, les feux sont parfois provoqués involontairement par des individus imprudents, lors de l’utilisation hasardeuse des feux agricoles, en particulier le brûlage des chaumes. Malheureusement, d’autres incendies sont allumés volontairement par des pyromanes pour diverses raisons, comme les changements d’utilisation des terres et la collecte de miel sauvage.

Toujours dans le même contexte, la Protection civile de Béjaïa a annoncé que pas moins de 2 029 hectares de couvert végétal ont été ravagés par les flammes à travers plusieurs régions de la wilaya, et ce depuis le mois de juin dernier. Aussi, plus de 120 départs de feu ont été enregistrés dans les milieux forestiers durant cette période par les mêmes services. Ces incendies ont ravagé, notamment, des centaines d’hectares de broussaille, de massif forestier, de chêne-liège, de chêne vert, d’oliviers et autres arbres fruitiers (figuiers, cerisiers) ainsi que des dizaines de bottes de paille et de ruches d’abeilles. Par ailleurs, il convient de noter que Tizi N’Berber, une région montagneuse, sise à 50 km environ à l’est de la ville de Béjaïa, est parmi les communes les plus touchées par les feux de forêt. En effet, dans cette région, plus de 40 hectares de végétation ont été consumés par les flammes qui ont failli même ravager des habitations, n’était l’intervention rapide et salutaire des sapeurs-pompiers.

N. T.