Accueil Bgayet Quatre millions de DA pour les écoles

Feraoun

Quatre millions de DA pour les écoles

72

La commune de Feraoun a ouvert un crédit de 4 millions de da dans le cadre de l’exercice budgétaire 2019, pour financer une multitude d’opérations de restauration des écoles primaires.

«Ces opérations sont couvertes par le budget d’équipement découlant d’un montage financier. Elles sont intégrées dans le plan d’action immédiat de la municipalité», a fait savoir un membre de l’exécutif communal, annonçant que le lancement des travaux est imminent.

«Dans le souci de ne pas perturber le cursus de nos enfants, nous avons choisi la période de vacances scolaires pour engager toutes ces opérations. Nous comptons livrer ces projets d’ici à la rentrée des classes afin d’offrir à nos élèves de meilleures conditions de scolarité», a ajouté notre interlocuteur.

Plusieurs volets seront ciblés par ces travaux de réhabilitation, apprend-on. Il est, entre autres, question de la réfection des cantines scolaires et de l’étanchéité, le renouvellement des revêtements, le ravalement des façades, la construction de murs de clôture, ainsi que divers aménagements.

«Nous avons identifié les besoins prioritaires pour chaque école. Nous allons nous attaquer aux lacunes les plus criantes, en veillant à toucher tous nos établissements», a fait savoir le responsable de l’APC. Tout en saluant cette initiative de l’APC, des parents d’élèves de Feraoun estiment que la collectivité locale devrait consentir plus d’efforts pour combler les carences qui grèvent le bon fonctionnement de ces écoles primaires.

«Remettre les écoles à niveau est un sacré défi. Avec les 4 millions de dinars que l’APC s’apprête à engager, on ne peut que se contenter de quelques rafistolages», fait remarquer un parent du village Tagma. «Il faut reconnaître à l’APC le mérite de vouloir s’attaquer à ces problèmes qui entravent la scolarité de nos enfants. Manifestement, l’ampleur de la tache exige d’investir et de s’investir davantage, pour rattraper le temps perdu», estime un autre villageois de Tifritine.
N. M.