Accueil Bgayet Réhabilitation prochaine des écoles primaires

Tizi N’Berber

Réhabilitation prochaine des écoles primaires

64

La commune de Tizi N’Berber, daïra d’Aokas, a été créditée d’une autorisation de programme de plus d’un milliard de centimes, destinée à couvrir des opérations de réhabilitation de ses écoles primaires, a-t-on appris auprès d’un responsable de l’APC. «Cette enveloppe budgétaire nous a été allouée dans le cadre de la Caisse de garantie et de solidarité entre les collectivités locales. Quoi qu’indispensable, le montant consenti reste insuffisant pour répondre aux besoins les plus importants de nos enfants et leur permettre de suivre une scolarité correcte», a fait remarquer notre source, informant, au passage, que la circonscription compte dix écoles primaires.

Le responsable de la municipalité a également souligné que les opérations inscrites portent sur la réhabilitation de certains établissements parmi les plus dégradés, l’extension de l’infrastructure par la réalisation de nouveaux locaux pédagogiques, de même que la dotation en chauffages de quelques écoles. «Nous allons prendre en charge les travaux les plus urgents, en attendant l’affectation d’une rallonge budgétaire qui nous permettra de généraliser les opérations à toutes nos écoles», a déclaré notre interlocuteur. Ce responsable a aussi fait un état des lieux peu reluisant de l’ensemble des établissements scolaires de la circonscription, lesquels sont aux prises avec une kyrielle de carences, soutient-il.

Ainsi, la vétusté des structures pédagogiques, l’absence d’étanchéité, la dégradation de la menuiserie et des revêtements, l’absence de structures appropriées pour la restauration scolaire et la défaillance des appareils de chauffage sont signalés à travers plusieurs établissements. «Un projet de réhabilitation d’une école, c’est toujours ça de gagner pour nos enfants. Néanmoins, il faut se rendre à l’évidence que les écoliers de notre commune sont mal pris en charge, tellement les insuffisances et les manques sont innombrables», relève un parent d’élève du village Ichaâbanene.

N Maouche