Accueil Bgayet Risques de départs de feu sur le CW42 A

BOUDJELLIL - Des accotements non encore désherbés

Risques de départs de feu sur le CW42 A

101

Les accotements des chemins parcourant la commune de Boudjellil, dont le plus important demeure le CW42 A, n’ont connu aucune opération de désherbage et de nettoyage, et ce, depuis le fameux programme  » Blanche Algérie » qui n’est plus d’actualité de nos jours.

En effet, le constat est alarmant sur les abords de ces tronçons avec ce couvert herbacé touffu, lequel a fait son apparition depuis le printemps dernier, et qui pourrait servir de lit propice à d’éventuels départs de feux ravageurs avec la circulation automobile, le jet des mégots de cigarette et la présence de tessons de verre.

Les herbes sèches dans ces accotements ne sont donc pas fauchées ni débarrassées de sorte à prémunir les champs d’oliviers qui longent ces chemins de probables départs d’incendies. Ajoutons à cette situation préoccupante, les propriétaires des oliveraies lesquelles longent les chemins parcourant cette municipalité ne sarclent pas les herbes de leur glèbes et ne procèdent pas non plus au labour de leurs terres de façon à les débarrasser des herbes sèches qui sont un conducteur de flammes par excellence.

Ces oliveraies demeurent ainsi à la merci des éventuels facteurs déclencheurs de feux ou des pyromanes, qui pourraient mettre le feu et faire embraser des centaines d’hectares de couvert végétal dont des arbres fruitiers. « C’est vraiment regrettable que de constater des terres agricoles, plantées pour la majorité d’oliviers, laissées comme ça en jachère, où un touffu et dense couvert d’herbes sèches parcourt de vastes surfaces.

Si par malheur une étincelle se produit ou qu’un mégot de cigarette encore fumant est jeté, ce serait la catastrophe! Les propriétaires terriens devraient prendre conscience que leur oliveraies sont en danger de destruction par les incendies, alors ils doivent vraiment agir avant qu’il ne soit trop tard en fauchant toutes les herbes qui se trouvent dans leurs glèbes, ou tout au moins la couche d’herbe qui longe les chemins », préconise un habitant de Boudjellil.
Syphax Y.