Accueil A la une Un autre tronçon livré début 2020

Pénétrante autoroutière

Un autre tronçon livré début 2020

1974

Une autre partie de la troisième section de la pénétrante autoroutière Béjaïa-Ahnif sera mise en service au début de l’année prochaine, a indiqué, dernièrement, le Directeur de wilaya des travaux publics. Il s’agit du tronçon reliant la commune d’Amizour au village socialiste agricole (Ilmathen) sur un linéaire de 10 km. Il fait partie de la troisième section (Akhnak-Amizour) du tracé global de la pénétrante autoroutière. Il convient de signaler que le taux d’avancement des travaux de ce tronçon a actuellement atteint les 70 %, a souligné ce même responsable. Quant à la mise en service de la totalité de cette troisième section, soit un tracé de 26 km, celle-ci est subordonnée à l’achèvement des travaux de réalisation du tunnel de Sidi Aïch, dont le taux d’avancement dépasse les 65 %. Cet ouvrage d’art, long de 1 691 ml, permettra l’évitement de la ville de Sidi Aïch.

Mais les travaux de creusement de ce tunnel, conçu en deux tubes, avancent au ralenti à cause, explique-t-on, de la mauvaise qualité des sols. En effet, 80 % des sols du tunnel sont classés dans la catégorie V (5) dans la coupe géologique, soit la plus mauvaise des classes de 1 à 5. Cela a contraint l’entreprise chinoise CRCC à utiliser la méthode de creusement manuel pour éviter tout effondrement et afin de garantir la stabilité du terrain. Il reste encore 300 ml à creuser pour l’entreprise en charge du chantier. Pour le maître d’ouvrage, l’Agence nationale des autoroutes (ANA), la troisième section de la pénétrante autoroutière, devant relier le port de Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest, est la plus difficile à réaliser.

Et pour cause, le tracé de cette partie a traversé un relief montagneux et plusieurs villages. Cela a obligé le groupement sino-algérien (CRCC-SAPTA) de réaliser des terrassements sur 60 m afin d’assurer la stabilité des talus. «Nous sommes en train de construire une autoroute et non une simple route», avait annoncé un responsable de l’ANA, tentant de justifier les retards enregistrés dans la réalisation de ce projet structurant.

F. A. B.