Accueil Bgayet Un chef-lieu de daïra que de nom !

IGHIL ALI - En l'absence d'administrations publiques

Un chef-lieu de daïra que de nom !

416

Le chef-lieu de daïra d’Ighil Ali n’a de daïra que le nom, à cause de l’absence de plusieurs administrations et infrastructures publiques névralgiques. Dans ce grand village, qui compte environ 6 000 habitants, il n’y a pas l’ombre d’une succursale bancaire, par exemple, pour les différentes opérations. D’autres entités administratives y brillent aussi par leur absence, comme l’Algérienne des eaux (ADE), la Sonelgaz, la Subdivision des travaux publics, la Subdivision de l’hydraulique, l’Agence locale de l’emploi (ALEM), mais aussi la recette des impôts, l’antenne de la Casnos, la médecine du travail à l’antenne de la CNAS, une crèche communale, un Centre de formation professionnelle (CFPA).

Des infrastructures dont ont grandement besoin les citoyens de la daïra d’Ighil Ali. En conséquence à cette situation peu amène, les habitants de cette localité perchée sur une zone montagneuse sont obligés de se rendre aux chefs-lieux des daïras d’Akbou et de Tazmalt pour les différentes prestations de services, qui concernent l’emploi, les opérations bancaires, les impôts, la médecine du travail, notamment. «C’est navrant que la daïra d’Ighil Ali dépende des autres daïras, en matière de prestations administratives, lesquelles ne sont pas assurées chez nous. Pour s’inscrire sur le fichier des demandeurs d’emploi et bénéficier d’un poste de travail, par exemple, il faut se déplacer jusqu’à l’Agence de l’emploi de Tazmalt (Alem, ndlr).

Il en est de même pour la médecine du travail, les contrôles médicaux, les congés de maladie, car notre antenne de la CNAS n’en dispose pas encore. Pour les réclamations en matière d’énergie, il faut se déplacer jusqu’à l’agence de la Sonelgaz d’Akbou ! C’est dire que notre daïra manque de tout, ce qui déplaît aux habitants qui réclament l’installation de ces administrations et sociétés publiques dans notre chef-lieu de daïra pour leur épargner les déplacements !», tempête un habitant d’Ighil Ali.

Syphax Y.