Accueil Bgayet Un projet immobilier dans l’impasse

Aït R’zine

Un projet immobilier dans l’impasse

282

Un projet immobilier de 10 logements sociaux, inscrit au profit de la commune d’Aït R’zine dans le cadre du programme de résorption de l’habitat précaire (RHP), connaît un sort peu enviable. C’est un feuilleton à rebondissements à n’en plus finir. «La genèse de ce projet, inscrit à l’indicatif de l’OPGI, remonte à l’année 1997. Quelques années après le démarrage des travaux, les logements ont été abandonnés à l’état de carcasse», fait savoir un élu à l’APC. Selon une source proche du dossier, la conception de ce projet a fait l’impasse sur le respect des normes parasismiques édictées par la loi de 2004, d’où des réserves formulées par les services du contrôle technique (CTC). «Ce sont ces réserves émises par rapport à la fragilité de l’édifice qui ont été à l’origine de l’abandon du chantier», a indiqué notre source.

La démolition des ouvrages a été évoquée à plusieurs reprises, apprend-on, mais elle n’a jamais été suivie d’exécution. Et cela dure depuis 21 ans ! «Nous avons hérité d’une situation de fait. Notre Assemblée s’attèlera, en concertation avec les parties concernées, à dénouer l’écheveau. Nous considérons qu’il faut soit consolider les structures et relancer le projet soit tout raser et récupérer l’assiette pour servir à d’autres projets sociaux», souligne un responsable de l’APC. Interrogés sur ce dossier, des citoyens du village Tighilt estiment que le statu quo est aussi préjudiciable qu’absurde : «C’est le pire des scénarios qui s’est produit.

C’est comme si l’on jetait de l’argent public par les fenêtres», réagit un quadragénaire de Tighilt. «Ce projet immobilier devait répondre à un besoin social pressant. Le sort qui lui a été réservé est révélateur de l’incohérence des décideurs et de la légèreté avec laquelle sont gérés les deniers publics», fulmine un autre villageois.

N. M.