Accueil Bgayet Une charte commune pour lutter contre le maraudage

ATH MAOUCHE Le commerce des olives interdit jusqu’au 15 janvier

Une charte commune pour lutter contre le maraudage

113

Dans le souci d’amorcer la campagne oléicole de cette année dans de bonnes conditions, l’association agricole «Assegmi Ugamun», de concert avec les Comités de village des Ath maouche, a établi une charte visant à réguler la cueillette des olives. Ainsi, dans des avis placardés à travers la commune et au niveau des places publiques du chef-lieu communal, les propriétaires d’oliveraies à Sahel sont informés que le coup d’envoi de la récolte des olives est prévu pour le 20 décembre de l’année en cours.

Dans le même sillage, les signataires de ladite charte ont mis l’accent sur l’interdiction de la vente et l’achat des olives avant le 15 janvier 2020. Communément appelée «Aεellaq n lmizan» (Suspension de la balance), la tradition dont est issue cette charte a pour but de dissuader les maraudeurs et permettre aux paysans de faire leur récolte dans de bonnes conditions. En outre, toute personne qui ne respectera pas la charte sera passible d’une amende. Il a été alors vivement recommandé aux citoyens de la commune de s’y conformer.

Par ailleurs, contrairement à la saison précédente, les oliviers de l’Aârch d’Ath Adjissa, sur la rive droite de la Soummam, ploient sous le poids de leurs fruits, ce qui présage que la récolte sera bonne. Mais elle doit être protégée des prédateurs que sont les maraudeurs et les nuées d’étourneaux, même si ces derniers se font de plus en plus rares. D’autre part, il est à noter que le vol des récoltes donne lieu souvent au saccage des jeunes arbres. Et pour aller vite en besogne et éviter de se faire prendre, les maraudeurs n’hésitent pas à abîmer les oliviers, en arrachant des branches entières.

Une autre forme de maraudage, plus ravageuse que la précédente et fastidieuse, consiste à subtiliser les récoltes du jour, laissées momentanément dans les champs par les oléiculteurs. Le lieu d’entreposage des sacs d’olives, généralement des buissons touffus, est repéré de jour par les maraudeurs, puis vidés à la faveur de la nuit. Pour revenir à la charte, il faut savoir que son but est certes d’atténuer, un tant soit peu, le pillage des maraudeurs sans scrupules, qui sévissent à pareille époque, mais aussi de prévenir les conflits entre les familles générés par ces actes.

Bachir Djaider