Accueil Bgayet Une forêt récréative projetée

TICHY - Tourisme de montagne

Une forêt récréative projetée

193

La commune de Tichy est connue pour ses magnifiques plages au sable fin et doré, que les baigneurs prennent d’assaut chaque été. Néanmoins, rares sont les vacanciers et les touristes, y compris locaux, qui connaissent bien son arrière-pays, cachant des massifs forestiers riches en végétation, des montagnes majestueuses et des forêts d’altitude, qui dominent la mer méditerranéenne.

Pour mettre en valeur ce patrimoine floristique, l’APC de Tichy commence à réfléchir à un projet Vert. C’est dans ce cadre qu’une réunion de travail a regroupé, dernièrement, au siège l’APC, les élus locaux, les membres de la commission «Tourisme, hydraulique, agriculture et forêt» de l’APW de Béjaïa, ainsi que des représentants des directions du tourisme, de la conservation des forêts et de l’agence foncière, à l’effet d’examiner et de valider une étude proposée pour la réalisation d’une forêt récréative sur les hauteurs de la ville de Tichy, exactement à « Adrar Yahia », sur une superficie de 50 DA.

«Après un long débat autour du projet, il a été décidé sa validation, en attendant l’accord définitif de la direction générale des forêts, à Alger, pour pouvoir lancer les consultations», a affirmé une source municipale. L’annonce de la réalisation de ce projet a suscité l’approbation de la population locale. «Un site aussi merveilleux par son étendue que par son relief nécessite une étude des plus approfondies, qui pourra donner à la commune de Tichy un cachet supplémentaire dans le tourisme, hormis le balnéaire.

L’aménagement de la forêt peut contracter un nouveau créneau créatif et attractif de loisirs et détente. Nous devons saluer cette idée dans l’attente de la concrétiser. Tichy doit retrouver son aura, son prestige d’antan. Avec la contribution de chacun, rien n’est impossible », a soutenu un citoyen de cette municipalité côtière. Le tourisme de montagne a de l’avenir dans la wilaya de Béjaïa, pourvu que les autorités locales encouragent des promoteurs à investir dans ce créneau, notamment par la réalisation de parcs récréatifs.

La conservation des forêts a déjà recensé pas moins de onze sites susceptibles de recevoir des projets de forêts récréatives. Pour rappel, deux sites, à savoir le plateau Sidi Boudrahem, dans la commune de Béjaïa, d’une superficie de 52 hectares, et Kefrida, dans la municipalité de Derguina, s’étalant sur une surface de 15 hectares, ont été validés par des arrêtés portant création de forêts récréatives.

Les autres espaces forestiers proposés par la conservation des forêts pour y réaliser des parcs récréatifs se trouvent, respectivement, dans les communes de Toudja (Tala Oulane, 154 ha), Kendira (Kembita, 126 ha), Melbou (M’saâda, 40 ha), Chellata (Illoula, 30 ha), Beni Mlikech (Aïn Zebda, 16 ha), Adekar (Tala Lemlah, 62 ha), Tamridjet (Zetout, 12 ha) et Chemini (Ablal, 15 ha). Au total, une superficie forestière de 672 hectares que la conservation des forêts compte mettre à la disposition d’investisseurs souhaitant réaliser des forêts récréatives.

Des concessions d’une durée de vingt ans seront accordées sur adjudication à des promoteurs porteurs de projets respectant les cahiers des charges élaborés par la conservation des forêts, a expliqué un responsable au niveau de cette institution. En effet, les investisseurs ne doivent prévoir que d’infrastructures légères et en bois. Le béton est strictement interdit pour ne pas dénaturer les sites devant recevoir ces projets de parcs récréatifs. Ainsi, un arrière-pays riche et généreux attend sa mise en valeur par des projets appropriés, où de nouvelles pratiques touristiques et sportives peuvent se développer.

B. S.