Accueil Bouira Les prestations de services laissent à désirer

M’Chedallah : Unité de soins de Raffour

Les prestations de services laissent à désirer

1863

Un collectif de représentants des citoyens de Raffour fait état d’un recul des prestations de services au niveau de l’unité de soins de cette importante agglomération comptant pas moins de 12 000 âmes. Nos interlocuteurs affirment que ce ralentissement sensible des activités de cette structure de la santé est causé par la faiblesse de l’énergie électrique marquée par des chutes récurrentes de tension au niveau de l’installation intérieur, ce qui a provoqué l’arrêt d’utilisation du fauteuil dentaire et des deux indispensables autoclaves utilisés dans la stérilisation du matériel médical. L’autre contrainte est, selon les membres de ce collectif, l’insuffisance de chauffages. « Il n’y a qu’un seul appareil, qui fonctionne avec le gaz naturel, installé au niveau de la salle d’attente. Le cabinet dentaire, celui des consultations médicales, la salle qui abrite le service PMI, ne sont pas suffisamment chauffés, sachant que ni les bains d’huiles et autres résistances ne peuvent fonctionner à cause de la chute de tension électrique », apprend-on. Plus loin, nos interlocuteurs signalent que le personnel médical et paramédical est réduit à un seul médecin, qui reçoit une moyenne de 50 malades par jour, une infirmière et deux aides-soignantes. Les membres de ce collectif expliquent le grand nombre de malade qui y affluent à cette unité de soins du fait de sa proximité de la RN26 dont des voyageurs de passage y viennent pour divers soins en parallèle à d’autres malades des localités limitrophes de Raffour. Ils soulignent également que cette structure est très exiguë pour recevoir tout ce beau monde qui y afflue quotidiennement. De ce fait, nos interlocuteurs rappellent aux responsables de la santé leur promesse d’inscrire une polyclinique au profit de Raffour qui tarde à être concrétisée. Et d’insister : « La faiblesse du courant électrique, l’origine d’une paralysée partielle des activités de cette structure de la santé située dans un lieu stratégique, est une urgence sur laquelle doivent se pencher les gestionnaires de ce secteur».

Oulaid Soualah