Accueil Bouira Plusieurs ouvrages menacés

Chorfa : Assif Tiksiriden inquiète les riverains

Plusieurs ouvrages menacés

2035

Les perturbations climatiques, sous formes de violents orages, qui ont balayé la vallée du sahel depuis le début du mois, ont engendré des crues violentes des ruisseaux et ravins qui finissent leur course dans Assif N’Sahel.

C’est le cas notamment d’Assif Tiksiriden qui prend naissance au niveau du col de Tirourda, dans la commune d’Aghbalou, et qui traverse, en plein milieu, le territoire de la commune de Chorfa en périphérie est du chef-lieu pour rejoindre Assif Sahel en récoltant, sur son parcours de 25 km, tous les ruissellements de dizaines de cours d’eau. Un itinéraire qui descend presque à pic à cause d’une forte inclinaison du terrain d’où la violence des crues qui arrivent à Chorfa et qui n’ont pas tardé à grignoter sur les bordures en emportant d’énormes pans des terrains limitrophes composés en majorité d’oliveraies touchées par d’importants dégâts. En observant ce cours d’eau, à partir de la RN26, il nous a été donné de constater que le cours d’eau s’approche dangereusement de trois lignes électriques dont une de haute tension qui alimente tout l’est du pays. Une ligne de distribution de basse tension est à moins de 25 m. Quant à la ligne de moyenne tension, qui dessert le sud de Chorfa, et qui est la plus exposée, elle est à peine à 05 m. Les fissures visibles au sol laissent prévoir que le cours d’eau, en cas d’impétuosité au retour du mauvais temps, ce qui est fréquent durant les mois de septembre et octobre qui est la période de transition entre la saison sèche et celle humide, emportera pas moins de quatre pilons situés sur la bordure côté ouest. De l’autre côté soit de l’est, c’est un groupe d’habitations qui se trouvent à moins de 20m ainsi qu’une piste en cours de revêtement qui longe étroitement les bordures du ruisseau, sur environ 100m, qui risquent carrément d’être emportés en cas de nouveaux débordements. L’aberration est le fait de procéder à l’aménagement des digues à l’aide de remblai, un ridicule système qui n’a pas beaucoup résisté à la furie des crues, d’où l’urgente nécessité de l’aménagement des deux côtés par le système dénommé « correction torrentielle » à l’aide du gabion et du grillage zimerman pour réduire les dégâts que cause sur les oliveraies, le cours d’eau d’Assif TIKSIRIDENE et éloigner le danger qui plane sur des ouvrages d’utilité publique, des habitations et des terrains agricoles. Rappelons que durant sa dernière visite qui remonte à l’hiver passé dans cette commune, l’ex wali, M. Ali Bouguerra qui s’est rendu sur les lieux sur insistance des riverains et du président de l’APC de Chorfa a donné sur place des instructions fermes pour que soit inscrit ce cas prioritaire relaté comme point noir.

Oulaid Soualah