Accueil Bouira Affaissement sur la RN15

Selloum : Sa prise en charge a mis du temps

Affaissement sur la RN15

2575

Un tronçon de la RN15 reliant la commune de Chorfa à celle d’Aghbalou, à hauteur de la localité de Selloum, risque carrément d’être rayé de la carte sous l’effet des éboulements de terrains à répétition.

A l’origine de cette situation un mouvement de terrain survenu, il y a de cela plus d’une année, sur le flanc de la colline sur laquelle est adossée la route. Celle-ci a commencé alors à s’affaisser. Et progressivement, les dégâts occasionnés sur la chaussée se sont vite accentués à l’arrivée du printemps dernier et tout au long de l’été. Deux saisons qui voient débarquer sur la RN 15 des centaines de camions de gros tonnage et un flux incessant de véhicules. Mis à rude épreuve par le passage des voitures, ce tronçon risquait à vrai dire de céder à tout moment. Vu son état de dégradation avancé des travaux de confortement s’imposaient et en toute urgence. Seulement, la prise en charge tant attendue a mis énormément de temps à être décidée par les services concernés. Entre-temps et pour éviter tout risque aux automobilistes, des plaques de signalisations confectionnées à la hâte furent installées. Les travaux de confortement, eux, seront lancés quelques mois plus tard. Le chantier sera enfin installé alors que la saison hivernale approchait à grand pas. Des lors, les travaux nécessitaient une cadence plus soutenue, et ce, afin d’être bouclés avant l’arrivée de l’hiver. Et c’est tout le contraire qui s’est produit, car le chantier tournait au ralenti, et les travaux entrepris étaient titanesques. En effet, l’énorme voile de béton qui allait être érigé en guise d’ouvrage de soutènement pour conforter la route peinait à prendre forme. Pour compliquer encore davantage la tâche des maîtres de l’ouvrage, des intempéries font leur apparition. Situation qui a ralenti sensiblement la cadence des travaux. Dans les jours qui ont suivi, les éléments naturels se sont déchaînés. Conséquence : un gigantesque glissement de terrain s’est produit et d’immenses quantités de boue envahissent la chaussée. Une portion de celle-ci a entièrement disparu. La neige et les pluies diluviennes enregistrées sur la région n’ont fait qu’en rajouter une couche, compliquant davantage la situation. Et il fallait, à chaque intempérie, dégager la voie d’accès pour permettre le passage des automobilistes. À chaque fois, le glissement de terrain gagnait du terrain à tel point que le terrain surplombant ce tronçon se réduit comme une peau de chagrin. Actuellement, la route demeure toujours ouverte à la circulation, mais elle risque à tout moment d’être bloquée. Les travaux, quant à eux, sont momentanément suspendus, et ce, en attendant des jours plus cléments. Si la prise en charge de ce tronçon aurait été vite décidée, et si les travaux de confortement avaient été lancés un peu plutôt, on n’en serait pas arrivé là. En attendant le parachèvement des travaux de confortement de ce tronçon, les automobilistes devraient rester prudents, car ce tronçon présente un vrai péril.

D. M.