Accueil Bouira Des potentialités sous-exploitées

Ahnif

Des potentialités sous-exploitées

2085

Chaque région de la wilaya de Bouira compte des potentialités énormes qui lui sont spécifiques. Malheureusement, beaucoup d’entre elles ne les exploitent pas ou bien pas suffisamment. La commune d’Ahnif, dont le chef-lieu est situé à 40 kms à l’Est de Bouira, est parmi les municipalités qui comptent des atouts considérables. En plus des gisements miniers (plâtres, sel, silicium…) qui sont exploités cahin-caha, il y a le secteur agricole qui peut, si l’on s’y met à fond, booster l’économie de cette commune « déshéritée ». En effet, cette localité compte de larges superficies de terres agricoles qui ne sont malheureusement pas toutes exploitées, en sus d’un parc oléicole impressionnant qui occupe, à lui seul, 45% de la surface agricole utile représentée par ce chiffre ahurissant de 3 688 ha. Mais malheureusement, la majorité des oliviers sont « vieux » et la régénération ainsi que la plantation de nouveaux oliviers se fait de manière un peu timide. Néanmoins, à chaque campagne oléicole, la récolte demeure toujours excellente en général malgré les fluctuations de la fructification. Rien qu’avec cette filière primordiale de l’agriculture, la commune d’Ahnif peut tirer d’énormes profits si seulement les oléiculteurs s’organisaient en coopérative afin de mieux vendre ce produit du terroir. À côté de l’oléiculture qui réussit plutôt bien dans cette belle commune, au panorama merveilleux, il y a la céréaliculture. Cette autre filière importante occupe une position stratégique dans la commune d’Ahnif. Les terres emblavées produisent du blé de bonne qualité étant donné que le sol de cette commune est adapté à cette filière, laquelle occupe une superficie d’à peu près 300 ha. Toutefois, comme il est connu, la céréaliculture demeure toujours dépendante de l »‘humeur » du ciel. La pluviométrie dans cette région de Tamellaht reste très moyenne. L’autre activité agricole a trait, cette fois-ci, à l’élevage des cheptels. L’élevage des ovins, des bovins et d’un degré moindre des caprins occupe une place prépondérante dans cette localité. L’aviculture n’est pas en reste, puisque des dizaines d’unités avicoles (poulaillers) sont en activité. La production avicole arrive à satisfaire la commune en poulets et en œufs. Toutes ces potentialités présentées si elles arrivent à être exploitées, la commune d’Ahnif connaîtra un développement considérable.

Y. Samir