Accueil Bouira Campagne de boycott des usagers

Lakhdaria - Le prix du ticket de transport suscite toujours leur ire

Campagne de boycott des usagers

893

Le prix du ticket de transport urbain dans la ville de Lakhdaria continue de susciter l’ire des usagers. Ces derniers appellent à une campagne de boycott et interpellent les élus locaux.

Les citoyens de Lakhdaria continuent toujours de dénoncer les pratiques illégales de certains transporteurs lesquels facturent le prix de la desserte à 25 DA au lieu des 20 habituel. Pour rappel, au début de l’année en cours et à la faveur de la révision des prix du ticket de transport, suite à une décision des services du ministère des Transports, un bras de fer a opposé les usagers et les transporteurs quant au prix du ticket. Ayant remarqué une hausse de 5 dinars sur le prix du ticket du transport urbain (le ticket est passé de 20 à 25 DA), les usagers des transports se sont mobilisés et ont même alerté les responsables de la direction de transports et de la commune pour annuler la décision des transporteurs de réviser à la hausse le prix du ticket. Une augmentation que les usagers qualifient d’illégale et d’injuste. Après plusieurs réunions de coordination, les services de la direction des transports avaient décidé d’annuler toute augmentation en gardant le prix tel quel, c’est-à-dire à 20 DA. Or et selon les usagers des transports, les transporteurs refusent d’appliquer cette décision en faisant payer le trajet en ville à 25 DA. Selon les mêmes usagers, les transporteurs exploitent la situation et surtout la naïveté des gens pour leur facturer le trajet plus cher. En réaction à cette situation, c’est carrément une campagne de boycott des taxis collectifs, communément appelés «capsules» qui a été lancée dans la ville de l’ex-Palestro. Les usagers ont multiplié depuis quelques jours les appels aux citoyens de ne pas utiliser ces capsules pour contraindre les propriétaires de sursoir à l’augmentation. Les mêmes usagers ont lancé un appel aux responsables de la commune de Lakhdaria et aux différents élus locaux de réagir à cette état de fait. Certains usagers iront jusqu’à fustiger les mêmes élus lesquels, selon eux, préfèrent le silence.
Djamel M.