Accueil Bouira Aherrache, une bourgade en pleine extension

M'Chedallah

Aherrache, une bourgade en pleine extension

45

Le tissu urbain de la commune de M’Chedallah connaît une extension effrénée depuis quelques années. En effet, tous les villages de cette municipalité «s’étirent» tous azimuts, dénotant le besoin d’espace exprimé par les ménages.

Des pâtés de maisons voient le jour à une vitesse ahurissante, un peu partout, mais souvent dans l’anarchie, sans prendre en considération les normes d’aménagement urbanistiques. A certains endroits, il existait, par le passé, peu d’habitations. Aujourd’hui, à ces endroits, de nombreuses habitations y ont été érigées. A l’exemple d’Aherrache, une petite bourgade située à la lisière de la RN15, à la sortie nord de la ville de Raffour, à quelque 4 km du chef-lieu de M’Chedallah.

Ce hameau est devenu un chantier à ciel ouvert, où des dizaines d’habitations, entre simples maisons et villas, ont poussé et poussent encore. Il n’y a pas si longtemps, cet endroit était planté d’oliviers et parcouru par l’oued Wakour. Aujourd’hui, c’est devenu un petit centre urbain. «Je me souviens qu’Aherrache n’était qu’une vaste oliveraie, qui abritait quelques huttes et masures destinées au stockage des produits agricoles et autres outils.

Aujourd’hui, cette terre rouge ocre est devenue un petit centre urbain. Plusieurs villas et maisons y sont construites, alors que d’autres sont en chantier. Je parie qu’à l’avenir, si le tissu urbain s’étend à ce rythme, Aherrache et Raffour ne feront qu’une seule agglomération. Mais j’espère que les oliveraies, qui séparent les deux localités, seront épargnées par l’urbanisation galopante», souhaite un septuagénaire de la localité.

Par ailleurs, c’est à Aherrache qu’un petit marché informel de fruits et légumes a vu le jour, il y a peu d’années, aux abords de la RN 15. Situé en face de la base de vie de la société Hydro-aménagement, il prospère dans l’impunité, provoquant des embouteillages, au grand dam des automobilistes.
Y Samir