Accueil Bouira Attention au rhume des foins !

ALLERGIES - C’est la pleine saison

Attention au rhume des foins !

127

Le printemps ce n’est pas gai pour tout le monde en dépit du beau temps et de la verdure qui tapisse monts et vaux. En effet, certaines personnes appréhendent par dessus tout l’arrivée de cette saison, où les fleurs ornent les prairies et les oiseaux gazouillent en emplissant le ciel, car ces personnes souffrent de ce qui est appelé communément le rhume des foins, qui est une allergie respiratoire qui leur rend la vie dure durant de longues journées.

Et le «coupable» dans cela c’est le pollen. Ces particules de «poudre» qui se trouvent dans les fleurs des arbres et autres plantes sont emportées par le vent ou la brise dans l’atmosphère où elles se répandent. Les personnes souffrant d’allergies sont assaillies avec ces particules qui leur provoquent des symptômes très gênants les poussant même à se cloîtrer chez eux pendant des journées, et ce afin d’éviter tout contacte avec le pollen, cet agent allergisant.

Les symptômes vont jusqu’à devenir «handicapants» pour elles, comme à juste titre les éternuements, l’écoulement nasal, la toux, le larmoiement des yeux, les démangeaisons et même des crises d’eczéma et d’asthme chez ceux qui souffrent de ces maladies respiratoires chroniques. Et ce ne serait vraiment pas «élégant» à quelqu’un de leur proposer des promenades dans des jardins fleuris, car les allergiques au pollen peuvent être pris d’une crise d’allergie avec les symptômes précités.

Les services hospitaliers à travers la wilaya font déjà de plusieurs personnes de différents âges reçus par leurs services et présentant des problèmes d’allergies et des difficultés respiratoires. À l’EPH de M’Chedallah par exemple, chaque année en pareille période, de nombreux personnes souffrant d’allergies et présentant des difficultés respiratoires sont évacuées et prises en charge par les services médicaux.

Selon une source médicale, au fil des ans, leur nombre augmente considérablement. «À l’arrivée du printemps, l’angoisse m’envahit littéralement car je souffre d’allergie au pollen durant cette saison. Cela devient un véritable cauchemar pour moi, étant donné que je suis obligé d’éviter les endroits pourvus en arbres fleuris, comme les mimosas qui sont plantés en grand nombre dans nos rues.

Et c’est pendant cette période que je consulte un allergologue pour me faire prescrire des antihistaminiques et des anti-inflammatoires, et ce afin de calmer les symptômes gênants déclenchés par le rhume des foins qui me happent à chaque printemps», déplore Karim, un jeune de M’Chedallah. Comme l’a souligné notre interlocuteur, il existe dans la ville de M’Chedallah certains arbres d’alignement comme le mimosa qui sont allergisants.

Ce dernier végétal produit une quantité impressionnante de pollen jaunâtre qui se dépose partout, on dirait une poudre qui se répand dans toute la ville en se déposant en couche par terre. Le vent qui se soulève, de temps à autre, parsème le pollen de ces arbres dans l’air, ce qui rend la respiration problématique, surtout des personnes atteintes d’affections allergiques saisonnières comme le rhume des foins et de maladies chroniques, telles que l’asthme, l’eczéma et autres.

Y Samir .