Accueil Bouira Aucune desserte de transport !

EL ESNAM - Village agricole Abbas Boudjenane

Aucune desserte de transport !

79

Le village agricole Abbas Boudjenane, situé à la sortie Est de la ville d’El Esnam semble avoir été marginalisé par la plupart de transporteurs assurant la desserte El Esnam-Bouira. En effet, rares sont les véhicules de transports de voyageurs qui observent leurs stationnements au niveau de l’arrêt de ce village et ce, pour des raisons obscures. Le matin, pour les fonctionnaires qui se rendent à Bouira, et ils sont nombreux, ils doivent faire le trajet jusqu’à proximité de la pompe à essence d’El Esnam, soit plus de trois kilomètres à pied pour trouver l’aire de stationnement bondée de véhicules de transport qui attendent que le fourgon soit plein pour démarrer.

Une attitude condamnée à maintes reprises par les résidents du village agricole qui ne comprennent pas la marginalisation dont ils se disent victimes. ‘’Nous avons fermé par le passé la RN05 pour interpeller les responsables de la direction du transport à l’époque et on nous avait promis que les dessertes se feraient obligatoirement à partir du village Abbas Boudjenane. Instruction respectée quelques temps mais depuis, les fourgons ne veulent plus venir le matin jusqu’ici.

De ce fait, nos enfants qui sont scolarisés à Bouira doivent faire le trajet, qu’il vente ou qu’il pleuve, à pied pour rejoindre l’arrêt d’El Esnam. Il n’y a que sur le chemin du retour dans le sens Bouira-El Esnam qu’ils viennent déposer les voyageurs à l’arrêt d’Abbas Boudjenane, mais les matinées, on se débrouille comme on peut‘’, révèle un habitant de la localité. Les propriétaires de ces fourgons de transport, eux, arguent le fait que traverser la ville d’El Esnam, territorialement connue pour ses encombrements inexpliqués à toute heure de la journée mais notamment la matinée, leur fait perdre un temps précieux : ‘’Parfois pour aller et revenir à l’intérieur de la ville entre le premier arrêt et l’arrêt d’Abbas Boudjenane, nous mettons plus d’une demi-heure.

Un temps précieux gaspillé qui nous pénalise en fin de journée d’autant plus que nous mettons une demi-heure pour rejoindre l’ancienne gare routière de Bouira, ce qui fait une heure pour uniquement un aller, sans compter le retour avec les encombrements de la ville de Bouira’’, explique un transporteur.

H. B.