Accueil Bouira De grands aménagements en perspective

Sour El-Ghozlane - Ecole émir Abdelkader

De grands aménagements en perspective

19

L’école Emir Abdelkader du centre-ville de Sour El Ghozlane se trouve dans une situation pour le moins déplorable. Cet état de fait n’est que la conséquence de l’abandon de l’établissement durant de longues années.

La visite effectuée sur les lieux en fin de semaine dernière par les élus locaux de Sour El Ghozlane a levé le voile sur beaucoup d’insuffisances. Parmi ces problèmes, il y a ceux liés à l’hygiène, à l’assainissement, à l’évacuation des eaux pluviales et à l’aménagement.

La visite conduite par le maire de la commune a débuté par l’arrière-cour de l’établissement où il a été constaté un vaste espace abandonné. De hautes herbes ont poussé partout, transformant l’endroit en une véritable jungle. Des détritus jonchent les lieux. Pis encore, l’espace en question n’est pas aménagé.

Devant cette situation que le maire a qualifié de catastrophique, il a été décidé de mobiliser les moyens matériels et humains de la commune pour procéder à l’élimination des herbes, l’évacuation des détritus et à l’élagage des herbes.

Il a été aussi constaté l’absence d’un réseau d’assainissement et d’évacuation des eaux pluviales. Pour pallier cette carence, il a été proposé d’étudier la possibilité de créer des réseaux d’évacuation des eaux d’égouts et de pluie et aussi de procéder à un aménagement des lieux dans le but de les transformer en espace pour les activités sportives et de loisirs pour les écoliers.

Au niveau du réfectoire du primaire, il a été relevé une stagnation des eaux usées et la cave est remplie à ras bord de détritus et des eaux. Pourtant, une opération de réfection de cette cantine a été inscrite par la direction de l’Education en 2019. Mais les travaux en question n’ont pas encore été lancés.

Profitant de cette visite, la directrice de l’établissement a fait part des problèmes au niveau du réfectoire de l’école, ceux de l’évacuation des eaux pluviales et des fuites de gaz. La directrice a également souligné que certains travaux ont été engagés au niveau de l’école mais ces derniers restent insuffisants pour combler tous les manques constatés. Selon elle, plusieurs commissions composées notamment d’élus locaux se sont déplacés à plusieurs reprises au niveau de l’établissement mais la prise en charge de ces insuffisances attend toujours.

La même responsable a aussi souligné que plusieurs rapports sur la situation du primaire en proie aux dégradations avaient été adressés par ses soins à la direction de l’Education et aux services de la wilaya, de daïra et de l’APC, mais en vain. Pour sa part, le maire a affirmé que cette école est vraiment sinistrée et cette situation ne peut durer.

Dans l’optique de la prise en charge de ces carences, et aussi pour répondre aux préoccupations de la directrice de l’école, l’édile communal a affirmé que des mesures d’urgence seront prises afin d’améliorer les choses. Ainsi et selon lui, il sera procédé sans tarder à une vaste opération de nettoyage pour débarrasser les lieux des herbes et autres détritus.

Le maire a par la suite demandé à ce que des aménagements en matière de voierie, de canaux d’évacuation des eaux pluviales et des espaces soient inclus dans la fiche technique en cours d’élaboration par les services techniques de l’APC.

Le même responsable a, par la même occasion, sommé l’entrepreneur en charge de certains travaux de réfection dans l’école de se ressaisir et revoir certains travaux accomplis. Il faut signaler que dans la journée de jeudi dernier, des moyens matériels et humains de l’APC ont été mobilisés pour les travaux de désherbage, élagage et nettoyage du primaire.

Djamel M.