Accueil Bouira Des eaux usées dans le système d’irrigation

M'CHEDALLAH - Vergers de Tamourt Ouzemour

Des eaux usées dans le système d’irrigation

134

Le rejet principal de l’assainissement du chef-lieu de la commune et des périphéries de Saharidj ne cesse de créer des désagréments le long de son itinéraire de 6 km avant de se jeter dans Assif N’sahel, à M’Chedallah. Après les effroyables érosions qui dégradent une bonne longueur de la route secondaire Ighzer Bouzal, au lieu-dit Ighzer Tevhirine, une autre érosion menace de glissement une bonne partie du village Allaouche, où elle a englouti des parcelles entières de terres agricoles, tout en polluant sur son passage plusieurs sources vives.

Le débit assez fort de ce rejet est ensuite utilisé à partir d’Ighzer n’sed pour l’irrigation dans un premier temps des oliveraies avant que des citoyens inconscients ne commencent par la suite à irriguer des vergers et maraîchers. Rappelons que l’utilisation du rejet en question à des fins agricoles a commencé en 1992, après que les services hydrauliques ont réalisé une station d’épuration à la sortie sud du chef-lieu de la commune.

Malheureusement, cet ouvrage, faute d’entretien, n’a pas fonctionné plus d’une année avant qu’il soit complètement envasé et hors service. Cela n’empêchera pas les résidents de Tamourt Ouzemour de continuer à irriguer leurs vergers avec ces eaux usées. En témoigne, les dizaines de tuyaux d’arrosage de moyenne dimension, qui servaient à canaliser le liquide pollué jusqu’aux vergers.

Des résidents de cette importante agglomération, rencontrés devant le siège de l’APC de M’Chedallah, ont fait part de leur inquiétude de voir ces eaux usées se mélanger aux réseaux d’AEP piqués à plusieurs endroits. Abordé à ce sujet, le responsable du BHC et président de la Commission d’hygiène, M. Guemati Slimane, dira qu’une commission d’enquête se rendra dans les prochains jours sur les lieux afin de prendre les mesures qui s’imposent.
Oulaid Soualah