Accueil Bouira Des locaux commerciaux dégradés

Zebboudja

Des locaux commerciaux dégradés

63

Les vingt locaux commerciaux à usage professionnel du programme de l’ex Président de la république implantés à Zebboudja dans la commune d’Ain-Turk, sont dans un état déplorable. Excepté quelques-uns exploités dans diverses activités par des jeunes de la localité, la plupart de ces locaux restent fermés et carrément laissés pour la plupart à l’abandon. Conséquence : les locaux se dégradent à vue d’œil et deviennent un repère pour les délinquants. «L’édifice abritant les locaux commerciaux de Zebboudja est dans un état dégradé: la boiserie est dans état vétuste et les vitres des fenêtres ont volé en éclat. La toiture laisse s’infiltrer les eaux de pluie», confie un habitant de la localité.

Il faut dire que l’éloignement de ces locaux n’est pas pour arranger les choses et fait que le site qui les accueille n’est pas trop attractif. À cet éloignement s’ajoute une absence totale des commodités (courant électrique, gaz de ville et assainissement). Ceci dit et en dépit de toutes ces insuffisances, des demandes ont été exprimées pour occuper ces locaux ces dernières années. C’est le cas de ce médecin qui a exprimé le vœu d’ouvrir un cabinet médical. Seulement et après deux années de démarches, ce demandeur a buté sur un problème du coût de location qu’il juge exorbitant. «Après près de deux années de démarches et après acceptation de ma demande, on m’a exigé de m’acquitter de plus de 18.000 da de loyer mensuel si je veux occuper un de ces locaux», témoigne le médecin que nous avons reçu dans notre bureau.

Et d’ajouter : «Le montant du loyer est trop élevé comparé aux prix de location pratiqués par l’APC pour d’autres locaux situés dans la commune. Preuve en est : certains locaux sont cédés par l’APC moyennant un loyer mensuel de 700 da», souligne le demandeur dans une requête adressée au wali de Bouira. Dans cette requête, le demandeur indique qu’«en dépit de leur état dégradé et de l’absence des commodités, il se dit prêt à mettre ses moyens financiers pour réhabiliter un local et ce, pour peu que des facilités lui soient accordées». La révision des prix des loyers des locaux en est une des facilitées souhaitées. Une chose est sûre, si les responsables de la commune veulent rendre ces locaux viables et attractifs, ils devront songer à d’abord à les réhabiliter, les raccorder aux divers réseaux et revoir les prix de location à la baisse. Sans quoi les locaux finiraient par tomber en ruine.

D. M.