Accueil Bouira Des villageois d’Ouled Amar dénoncent «l’indifférence» des élus

Aïn Bessem

Des villageois d’Ouled Amar dénoncent «l’indifférence» des élus

35

La route menant à Ouled Amar, localité relevant de la commune d’Ain Bessem, au sud de la wilaya de Bouira, est dans un piteux état. Les habitants du village décrivent une route toujours à l’état de piste et parsemée de nids-de-poule et autres trous. Etat qui la rend impraticable. «La route menant à notre village n’a pas connu de réhabilitation depuis l’indépendance du pays. Elle est toujours à l’état de piste. Chaque jour, cette unique voie d’accès se dégrade un peu plus, rendant du coup tout déplacement aussi bien à pied que véhicule très compliqué», témoigne un villageois.

Et d’ajouter : «En hiver, la situation se complique davantage car la route se transforme en bourbier avec des flaques d’eau partout. Ce qui rend l’accès des élèves à l’école du village difficile. Cela a contraint beaucoup de parents à déscolariser leurs enfants de l’établissement du village pour les inscrire au niveau des écoles du chef-lieu communal pour soulager leur peine, d’autant plus qu’il n’existe pas de transport scolaire et le trajet menant à l’école est parcouru à pied». Les villageois soulignent aussi que le tuf auquel il recourt à chaque fois pour combler les nids-de-poule ne tient pas longtemps, surtout en hiver. Selon eux, il faudrait plutôt procéder au revêtement en goudron de la route et régler le problème définitivement au lieu d’opérations de rafistolage.

Dans leurs tentatives pour mettre un terme au calvaire qu’ils vivent depuis des décennies à cause de l’état de cette route, les villageois avouent avoir adressé de nombreuses requêtes aux services de l’APC de Ain Bessem et à ceux de la daïra, mais en vain. «Nous n’avons pas cessé d’écrire aux responsables de la commune et de la daïra sur l’état de la route et attirer leur attention sur la souffrance que nous endurons, mais toutes nos sollicitations n’ont pas eu d’écho favorable», avoue un villageois.

Et d’ajouter : «On en a vraiment marre de cette situation et des fausses promesses des responsables locaux. Il faut qu’un jour le mépris affiché envers les villageois s’arrête ou bien il faut que les responsables locaux nous disent que notre village ne fait pas partie de la commune». Nous apprenons, par ailleurs, auprès des mêmes villageois qu’une entreprise a été dépêchée récemment dans le village et s’est attelée à la pose d’une couche de tuf sur la route. Mais finalement, les villageois sont intervenus pour chasser l’entrepreneur car ils ne veulent plus de travaux bâclés.

«Nous ne voulons pas de rafistolage, nous exigeons un bon travail et un suivi du projet de réhabilitation de la route», explique un villageois qui indique que malgré l’opposition des villageois à la poursuite du projet, l’entrepreneur a été instruit par la commune de reprendre les travaux. À présent, les villageois se disent dans le droit d’exiger des réponses de la commune quant à la nature des travaux qui seront menés pour être sûrs de la qualité finale des travaux.

D. M.