Accueil Bouira Encore la pénurie d’eau cet été ?

AGHBALOU - Vétusté du réseau, lenteur des travaux de restauration…

Encore la pénurie d’eau cet été ?

40

Dans un entretien qu’il nous a accordé lundi dernier, le maire d’Aghbalou, Nacer Hamoum, déplore le peu de moyens engagés par l’Algérienne des eaux de Bouira, à laquelle est confié le projet de restauration des réseaux de transport et de distribution de l’eau et de renouvellement des équipements hydrauliques à travers la commune.

Le premier magistrat prévoit même une nouvelle pénurie «aiguë» durant cet été et appréhende la reprise des débrayages citoyens. Par ailleurs, il fait savoir que c’est une cagnotte de cinq milliards de centimes qui a été dégagée par la wilaya, par le biais de la DRE, pour financer cette opération de restauration de la totalité des ouvrages de l’AEP datant de 1982, dont la tuyauterie, en amiante, est devenue une véritable passoire.

«Malheureusement, déplore-t-il, bien que le projet ait été lancé il y a trois mois, l’avancement des travaux est insignifiant à cause des faibles moyens mis sur ce chantier d’envergure qui, en plus de la réhabilitation des réseaux transport/distribution comprend aussi le renouvellement des équipements de sept pompes de refoulement».

Il est utile de signaler qu’à l’exception de Selloum, qui a bénéficié d’un projet de raccordement à partir du captage de la source noire (Laïnser Averkane) de Saharidj, les autres villages de la commune sont alimentés à partir de sources situées en haute montagne. Le maire dira que si le chef-lieu Takerboust et les villages périphériques continuent à recevoir un peu d’eau au compte-gouttes, les deux patelins épars Aamouche et Chokrane ne reçoivent aucune goutte depuis plusieurs années. Leurs habitants s’approvisionnent par leurs propres moyens tandis que les services publics des deux bourgades sont alimentés par l’APC à l’aide de citernes tractées.

Ainsi, le maire appelle l’entreprise réalisatrice à accélérer les travaux en renforçant ses chantiers en moyens humains et matériels, «pour mettre fin au calvaire des citoyens». Rappelons, enfin, qu’Aghbalou, une municipalité de montagne composée de 7 villages pour un total de 22 000 habitants, est l’une des communes des plus précaires à l’échelle de wilaya. Sans ressources, elle ne fonctionne que grâce aux aides financières attribuées par l’État.

Oulaid Soualah