Accueil Bouira Facture salée des intempéries

M'CHEDALLAH - Deux villages sinistrés et plusieurs infrastructures détériorées

Facture salée des intempéries

67

La daïra de M’Chedallah est sans conteste la circonscription de la wilaya de Bouira qui a subi le plus de dégâts à cause des violentes intempéries qui ont frappé la région en ce début d’année.

Le terrifiant déchaînement des éléments naturels a occasionné d’importants dégâts à travers toute la région, notamment dans celle de montagne, à commencer par les deux villages Selloum, dans la commune d’Aghbalou, et Ath Illiten dans celle de Saharidj.

Ces deux villages de haute montagne ont enregistré des glissements de terrain très importants, un phénomène de mouvement géologique qui les a mis tous les deux en danger. La crainte des villageois est l’envergure de ces effroyables glissements de terrains sur une surface de plusieurs dizaines d’hectares sur un terrain meuble, fort accidenté, en continuel mouvement et qui n’est pas facile d’arrêter ou de stabiliser.

Bien que des bureaux d’études spécialisés soient réquisitionnés pour dresser rapidement un état des lieux et élaborer en urgence des fiches techniques pour chacun des villages, les résidents ne s’attendent pas à des miracles eu égard à l’ampleur du désastre qui s’aggrave à la moindre perturbation climatique.

Au village Ath Illiten, l’ingénieur d’un bureau d’étude et réalisation réquisitionné qui s’est rendu sur les lieux avant-hier, jeudi, a interdit à ce que l’ont touche aux coulées de boue et autres glissements de terrain qui ont obstrué en trois endroits l’unique route qui relie le village à la RN30 avant que l’expertise technique ne soit menée à terme, qu’il a fixé à dix jours.

C’est du moins ce qu’a indiqué le président de l’APC de Saharidj, Zemmour Daou, rencontré mardi dernier au niveau d’un autre affaissement de terrain qui a emporté une partie de la chaussée sur un tronçon de quelque 20 mètres de la RN30, au lieu-dit Achaivou. Un autre bureau d’étude et réalisation a été engagé sur le tronçon de la RN15 à la sortie nord de Selloum pour une urgente prise en charge, a affirmé le responsable de la STP de M’Chedallah.

Certes ces deux points noirs nécessitent une urgente prise en charge pour rétablir et sécuriser la circulation routière sur ces deux routes nationales, mais il n’en demeure pas moins qu’une décision urgente doit être prise aussi à propos de ces effroyables mouvements géologiques qui menacent ces deux villages, d’autant plus qu’ils se sont manifestés depuis 2015 et qu’ils ne font que s’aggraver à chaque retour du mauvais temps, mettant à mal des quartiers entiers.

Pour le village Selloum, une étude géologique a été effectuée en 2016 sur demande de l’assemblée communale précédente, laquelle a été pour rappel obligée de déclencher le plan ORSEC durant la même année. À noter que ces catastrophiques mouvements géologiques ont un point commun qui est l’agression des terrains tant par des particuliers qui réalisent des plates formes lors des terrassements ou étatiques durant les opérations d’ouvertures de pistes, notamment celles dites agricoles.

Ces multiples agressions des terrains abruptes en flanc de colline n’ont pas été suivies ni de la réalisation des indispensables ouvrages de consolidation des hauts talus qui se sont formés ni encore moins par les ouvrages de drainage des eaux de pluie et de l’eau provenant des fontes de la neige. Cet état de fait est aggravé par les spectaculaires crues qui provoquent d’impressionnantes érosions, et ce à cause de la forte gravitation du terrain au niveau de dizaines de lits d’oueds qui prennent naissance au sommet de la chaine montagneuse du Djurdjura, dont la plupart longent la base des villages.

Le wali sur les lieux

Il est utile de souligner qu’une délégation, conduite par le wali, s’est rendue au niveau des villages Selloum dans la commune d’Aghbalou et Illiten dans celle de Saharidj, pour s’enquérir de la situation sur le terrain.

Des mesures ont été annoncées à l’occasion de cette sortie quant à la prise en charge des dégâts causés par les intempéries à travers des études techniques, des projets de remise en état des routes et aussi la prise en charge des familles touchées par les affaissements de terrain.

Par ailleurs, il faut signaler que ces visites de terrain dans ces régions fortement touchées par les intempéries interviennent suite aux appels répétés des populations des deux villages à l’endroit des autorités, pour s’enquérir de la situation et la prise en charge des mesures qui s’imposent.

À préciser que le comité des sages du village Selloum a multiplié les appels à l’endroit des élus de l’APW et des services de la wilaya pour les faire réagir. Une délégation des représentants du village Selloum a été reçue par le wali et le P/APW au milieu de la semaine dernière où il a été question des dégâts causés par les dernières intempéries.

Oulaid Soualah