Accueil Bouira Formidable élan de solidarité avec les blessés du Hirak

Bouira

Formidable élan de solidarité avec les blessés du Hirak

205

C’est un formidable élan de solidarité qui s’est manifesté ces deux derniers jours en direction des personnes blessées, lors des émeutes de jeudi dernier. Des blessés hospitalisés à l’hôpital Mohamed Boudiaf de la ville de Bouira qui reçoivent des visites de citoyens venus des quatre coins de la wilaya mais également de Tizi Ouzou, Béjaïa, Médéa, Bordj Bou Arréridj et Boumerdès.

Ainsi, les jeunes blessés, toujours sous surveillance médicale, notamment ceux ayant été atteints par des projectiles à l’œil, font l’objet d’une attention particulière de la part des personnels médical et paramédical mais aussi des visiteurs lesquels, pour certains, tiennent absolument à prendre en charge les frais médicaux à acheter les médicaments ou leur faire des dons.

Les parents des victimes se disent, pour leur part, incroyablement surpris par la générosité des citoyens. En effet, l’appel lancé sur les réseaux sociaux pour rendre visite aux blessés se trouvant au service ophtalmologique de l’hôpital Mohamed Boudiaf a rapidement fait le tour de la Toile et des centaines de citoyens se relaient pour manifester leur solidarité aux jeunes. Pour le moment, des cellules de crise ont été installées à Haizer et à Ath Rached, d’où sont originaires les blessés.

Il faut dire que l’organisation bat son plein pour aider, moralement et financièrement, les concernés qui risquent de garder des séquelles de leurs blessures à vie. «Nous allons nous organiser de telle sorte que les frais médicaux inhérents à d’éventuelles interventions chirurgicales, auprès des privés, soient pris en charge. D’ailleurs, nombreux sont les ophtalmologues à s’être portés volontaires pour les prendre en charge. Il en est de même pour des pharmaciens qui se sont manifestés afin de fournir les médicaments nécessaires à ces jeunes chômeurs.

C’est notre devoir de les accompagner en ces moments difficiles jusqu’à leur convalescence, afin qu’ils retrouvent la vue», a déclaré un membre de la cellule de crise de la commune de Haizer. Pour rappel, cette localité aurait enregistré plus de 250 blessés pendant les deux jours d’émeutes que la région a connus.

Hafidh B.