Accueil Bouira La doyenne Aouicha tire sa révérence

IWAKUREN - Elle laisse 82 petits-enfants et arrière-petits-enfants

La doyenne Aouicha tire sa révérence

121

La doyenne de la tribu Iwakuren dans la commune de M’Chedallah s’est éteinte dimanche dernier dans l’après-midi à l’âge de 105 ans.

Na Aouicha Arab est née, selon son état civil, en 1914, jugement 52 à Tadert Lejdid, dans le douar Wakour actuelle commune de Saharidj.

Elle s’est mariée en 1931 avec Arab Oulaid du village Ighzer iwakuren, un mariage duquel sont nées quatre (4) filles. Sa descendance directe se chiffre à 82 petits-fils et arrières petits-fils et filles. Elle a vécu avec sa famille dans ce village jusqu’à la destruction de leur maison par l’armée coloniale en septembre 1957, en participant activement dans le ravitaillement et le renseignement des maquisards.

Deux de ses gendres, Taghzouti Mohand et Bounaid Oulaid, natifs de ce village, ont rejoint le maquis et sont tombés au champ d’honneur. Confinée dans le ghetto de Raffour au même titre que les villageois de sa tribu, elle s’occupa de sa famille, son mari étant décédé dans les années 1940, en offrant ses services dans les campagnes de ramassage d’olives, le jardinage et en travaillant la laine pour tisser des tapis et burnous berbères. Son entourage ne tarit pas d’éloges à son égard pour le fait de prêcher la bonne parole.
O. S.