Accueil Bouira La gestion des déchets en débat

Université Akli Mohand Oulhadj

La gestion des déchets en débat

46

«Les APC doivent s’impliquer sérieusement dans la gestion des déchets et encourager davantage les micro-entreprises à investir dans le recyclage des différentes ordures.» C’est ce qu’ont souligné mardi des enseignants et chercheurs lors d’un colloque national tenu à l’Université Akli Mohand Oulhadj de Bouira. La quantité des déchets générés par la consommation et par les différentes activités industrielles s’est accrue ces dernières années, « ce qui pourrait aggraver les risques sur la santé humaine et l’environnement », ont averti les participants à ce colloque dont le thème est : »L’investissement dans le recyclage des déchets » organisé par la faculté des sciences économiques et commerciales.

Dans leurs communications, les différents intervenants ont mis en exergue la nécessité pour toutes les parties concernées en Algérie de mettre en œuvre des mécanismes de lutte contre ce phénomène des déchets et de trouver des solutions efficaces en vue d’encourager les jeunes et micro-entreprises à investir davantage dans ce domaine. « La gestion (collecte et tri) des déchets revient aux APC de chaque région. Quant au recyclage, il constitue une véritable alternative économique génératrice d’emplois et de richesses. Les micro-entreprises peuvent profiter de cette alternative », a indiqué dans son intervention l’enseignant chercheur, Ali Ziane Mohand Ouamar.

Pour ce chercheur, la création de centres d’enfouissement technique (CET) « n’est pas une solution efficace, car l’enfouissement des déchets pourrait endommager les réseaux de l’eau potable ainsi que le sol ». Selon les statistiques fournies par le même intervenant, l’Algérie jouit de 4.000 micro-entreprises susceptibles d’intervenir dans ce domaine afin de participer à la diversification de l’économie via le recyclage des différentes ordures (ménagères, industrielles, et celles des soins médicaux). « Cela va réduire d’abord les quantités de déchets accumulées dans chaque wilaya et les réutiliser dans le recyclage. Ce créneau peut générer des milliers de postes d’emploi pour les jeunes et de la richesse », a ajouté M. Mohand Ouamar.

En Algérie, la gestion des déchets est régie par la loi 01-19, mais l’activité de gestion de ces déchets se fait de façon anarchique. « Les APC doivent mettre en place des stratégie de collecte et de tri de ces déchets avant que ceux-ci ne soient transférés au recyclage. Donc, il est temps que les assemblées locales agissent afin de préserver la santé publique et l’environnement ainsi que les ressources naturelles du pays », a insisté le même intervenant.

La gestion des déchets ne pose pas problème uniquement en Algérie, mais aussi dans les autres pays d’Europe et d’Asie, où l’industrie est très développée. Les participants au colloque ont mis en garde contre le haut risque pouvant provenir des déchets industriels et nucléaires, ainsi que de ceux des soins médicaux. « Ce genre de déchets est une véritable menace pour la santé publique et pour l’environnement, donc notre pays doit trouver les moyens nécessaires afin de faire face à cette menace », ont mis en garde les participants au colloque.