Accueil Bouira La mercuriale s’affole

Marchés des fruits et légumes

La mercuriale s’affole

71

Depuis quelques jours, les prix des fruits et légumes ont augmenté aux marchés de la wilaya de Bouira. Une hausse inexpliquée d’autant plus qu’elle intervient dans une période marquée par une large disponibilité de produits de saison et surtout un climat favorable à la récolte. Pour revenir à la mercuriale, une virée au marché des fruits et légumes sis à l’ancienne gare routière de la ville Bouira renseigne sur une montée en flèche des prix de presque tous les produits agricoles.

Certains produits sont passés du simple au double en l’espace de quelques jours. Ainsi, les carottes sont actuellement cédées entre 55 et 60 DA, contre des prix variant entre 25 et 30 dinars il y a de cela seulement quelques jours. Le navet est affiché à 60 DA contre 30 DA la semaine dernière. La pomme de terre pourtant disponible en grande quantité en cette période de récolte d’arrière saison est passée de 30 à 50 DA le kilo. La courgette affiche 100 DA.

Des légumes de saison, à l’image du chou-fleur, le fenouil, les fèves et les petits pois sont respectivement cédés à 120, 70, 60 et 120 DA. Ces produits ont pris entre 40 et 50 DA le kilo. Certains de ces produits agricoles de saison sont passés du simple au double. L’oignon est vendu entre 50 et 60 DA. La tomate est affichée à 120 DA. Les prix du poivron et du piment oscillent entre 130 et 150 DA le kilo.

S’agissant des prix des fruits, les oranges sont proposées entre 120 et 150 DA le kilo. Le prix de ce fruit de saison était de 80 DA le kilo. La banane, quant à elle, reste abordable et elle est proposée à 300 DA le kilo. C’est pratiquement le seul produit dont le prix est resté inchangé. Par ailleurs, les prix des viandes, toutes variétés confondues, restent inchangés. Ainsi, la viande blanche est proposée à 250 DA le kilo. Idem pour les viandes rouges dont les prix n’ont pas connu de hausse mais ils restent toujours hors de portée des petites bourses.

Commentant ces prix que d’aucuns jugent excessifs, d’aucuns estiment que cette hausse est l’œuvre de spéculateurs qui profitent du contexte actuel pour flamber les prix et mettre à mal le porte-monnaie des chefs de famille. Beaucoup de ces derniers sont contraints, devant cette cherté des prix, de s’en passer de certains produits agricoles.

Djamel M.