Accueil Bouira L’accès à la polyclinique inondé

Saharidj

L’accès à la polyclinique inondé

62

La voie d’accès à la polyclinique de Saharidj à partir du boulevard central du chef-lieu communal a été transformée par les premiers orages de juillet dernier en marre infranchissable après accumulation des eaux pluviales et l’obstruction des avaloirs et regards, dont le dernier réalisé il y a quelques mois se retrouve au dessus du niveau du sol et n’évacue plus rien. Ce tronçon d’à peine 50 mètres qui aboutit sur l’entrée principale de la polyclinique est systématiquement submergé par les eaux pluviales à partir du boulevard central de la ville qui est un tronçon de la RN30 du côté-est et par deux autres rues du quartier Taydha.

Les deux rues ne sont pas aménagées et ne disposent ni de regards ni d’avaloirs. Ce qui provoque des inondations. L’esplanade de la polyclinique, étant un terrain plat, ressemble après chaque orage à une piscine. L’eau qui stagne en ces lieux, en plus de moisir rapidement, s’infiltre doucement sous les fondations de l’édifice et le fragilisent au fil du temps. Il y a lieu de rappeler que l’ancien centre de santé réalisé sur la même assiette de terrain que cette polyclinique inaugurée il y a moins d’une année, s’est partiellement effondré et évacué en catimini en 2012 à cause d’une phénoménale remontée des eaux stagnantes à partir des fondations. Cette polyclinique n’est pas à l’abri de ce phénomène de remontée des eaux à cause de cette marre qui durerait tout l’hiver si un système d’évacuation urgent n’est pas réalisé avant l’arrivée de l’hiver.

Oulaid Soualah