Accueil Bouira Le cadre de vie très dégradé

LAKHDARIA - Quartier des 480 logements

Le cadre de vie très dégradé

104

Les habitants du quartier des 480 logements de la ville de Lakhdaria se plaignent de leurs conditions de vie. À l’origine de cette situation, une dégradation totale des réseaux d’assainissement qui, selon des habitants, sont défectueux au niveau de ce quartier. Conséquence : les eaux usées coulent à ciel ouvert et forment des mares à plusieurs endroits du quartier. Ce qui n’est pas sans danger sur la vie des habitants et leur cadre de vie. «Notre quartier est devenu invivable en raison des avaries enregistrées sur les réseaux de l’assainissement. Le liquide nauséabond coule à ciel ouvert et empoisonne la vie des habitants», confie un habitant du quartier.

Et d’ajouter : «Les odeurs insupportables se dégagent des mares d’eau d’égouts stagnantes et empoisonnent la vie des habitants qui sont donc contraints de fermer les fenêtres de leurs appartements de peur que ces odeurs n’envahissent leurs habitations. Aussi des nuées de mouches, notamment celles d’égouts, prolifèrent dans le quartier. En temps de chaleur, nous vivons un vrai calvaire». À côté de ces désagréments, les habitants disent redouter l’apparition de maladies comme le choléra aux conséquences graves d’autant plus que des enfants jouant dehors sont en contact permanent avec ces égouts. Donc il existe un réel danger sur la santé des habitants. En plus de ce problème des eaux usées, le quartier est confronté à une autre forme d’insalubrité liée celle-ci à la prolifération de toutes sortes de déchets aux quatre coins de la cité.

En effet, sachets, bouteilles et diverses ordures jonchent les rues, les entrées d’immeubles et les différents espaces du quartier. Ce qui défigure l’image du quartier et offre surtout une image hideuse à la vue. «Notre quartier est vraiment sale et l’insalubrité y est partout. Le cadre de vie des habitants se dégrade chaque jour un peu plus», déplore un jeune du quartier. Conscients des risques sur la santé publique que les problèmes liés à l’insalubrité peuvent générer, les habitants du quartier ont, à maintes reprises, sollicité l’intervention rapide des responsables de la commune pour la prise en charge des avaries survenues sur les réseaux de l’assainissement. Finalement, ces appels des habitants ont fini par avoir un écho favorable auprès des actuels gestionnaires de l’APC puisque une commission technique de la commune s’est rendue dans le quartier pour dresser un état des lieux en vue de la prise en charge des problèmes liés à l’assainissement.

À ce sujet, les services de l’APC assurent qu’il est dans un premier temps question d’établir une fiche technique pour ensuite inscrire une opération de réhabilitation des réseaux d’assainissement.

D. M.