Accueil Bouira Le site Tala Goudhi pollué

AGHBALOU - Classé ZET

Le site Tala Goudhi pollué

34

C’est un lieu paradisiaque qui a subjugué tous ceux et celles qui l’ont visité. Il s’agit de ce site enchanteur situé en haute montagne, lequel a pour nom Ain Zebda ou Tala Goudhi. Ce site densément boisé est classé, il y a des décennies de cela, comme zone d’extension touristique (ZET), néanmoins il ne bénéficie d’aucun égard et traitement dignes de cette classification.

Tala Goudhi culmine à près de 1 500 mètres d’altitude avec une surface de plusieurs centaines d’hectares que se «partagent» les communes d’Aghbalou dans la wilaya de Bouira et Ath Mellikèche dans la wilaya de Béjaïa. Cette forêt entrecoupée de vastes prairies et de clairières est constituée d’un tissu végétal dense, en majorité des cèdres de l’Atlas, des chênes verts, des pins d’Alep et de maquis. Plusieurs espèces animales sauvages y vivent, à l’image des lièvres, des perdrix, des sangliers, des chacals, des aigles, des vautours…

Ce qui constitue une réserve animale non négligeable, laquelle se trouve malheureusement en proie au braconnage et à la chasse sans tenir en compte les délais réglementaires. Niché sur l’un des versant méridionaux de la chaîne montagneuse du Djurdjura, ce site pittoresque se trouve de tout temps et toute saison l’une des destinations privilégiées des visiteurs qui viennent, en plus de la région, de lointaines localités pour apprécier son panorama, faire des randonnées pédestres et humer l’air frais et pure de la montagne.

Après la tombée de la neige, cet endroit perché est vite pris d’assaut par des centaines de personnes, entre amis, familles et autres, lesquels profitent de la présence de la poudreuse afin de passer de bons moments de joie en s’échangeant des boulets de neige et en pique-niquant sous de gigantesques cèdres de l’Atlas.

Néanmoins, après toutes ces «folies» et escapades «mémorables» certes pour les visiteurs, ces derniers laissent malheureusement des tas d’ordures et des emballages sur place, ne se donnant même pas la peine de nettoyer les lieux et d’emporter avec eux les déchets pour les jeter dans les poubelles.

En effet, à cause de ces comportements négatifs, la belle forêt d’Aïn Zebda a perdu beaucoup de son charme d’antan, pour la simple raison que les visiteurs y laissent les restes de nourritures et d’emballages de boissons alcoolisées, notamment sur les lieux en les polluant gravement. «N’est-il pas temps que les gens se civilisent un peu en faisant attention à ce site ensorcelant qu’est Tala Goudhi ?

Il y va de la pérennité de l’écosystème de plus en plus fragilisé par la pollution et l’homme. J’espère que les pouvoirs publics prendront sérieusement en charge ce site classé pourtant comme zone d’extension touristique avec l’aménagement de pistes, la réalisation de structures d’accueil, l’aménagement d’aires de stationnement, de parcs de loisirs, le recrutement d’agents de forêt et bien d’autres», préconise un amoureux dudit site.

Y. S.