Accueil Bouira Le stade de Ben Haroun à l’abandon

Djebahia

Le stade de Ben Haroun à l’abandon

55

Le stade de football de la localité de Ben Haroun, relevant de la commune de Djebahia (à 30 km au sud ouest de la ville de Bouira) est en état de dégradation avancée. Cette aire en tuf est complètement abandonnée depuis des années, alors que la commune accuse un manque d’espaces pour les activités sportives. Pour les citoyens de cette localité et plus particulièrement les jeunes, l’aménagement complet des lieux avec du gazon et tous les équipements sportifs nécessaires, s’impose.

«Dans le temps, ce stade servait au moins aux écoliers qui exerçaient leurs séances d’éducation physique. Aujourd’hui, il est très endommagé, et les quelques jeunes qui viennent y effectuer des entraînements ne le font que par contrainte, sachant qu’ils n’ont pas d’autres choix puisque notre commune est dépourvue de structures de sports. Nous attendons avec impatiente un projet d’aménagement pour ce stade», dira un jeune de la localité. Et d’ajouter : «Depuis son inauguration, il y a plusieurs années, ce terrain de football, dont les vestiaires sont également dégradés, n’a guère bénéficié de travaux d’entretien ou d’aménagement. Si le projet d’aménagement se réalise, les jeunes de localité s’engageront à effectuer des opérations d’entretien continuellement et à même de garder la structure bénévolement».

En outre, l’état des vestiaires laisse à désirer, et l’entrée principale n’existe plus depuis l’effondrement du portail voilà plus d’une année, d’où l’insécurité qui règne en maître lors des compétitions inter quartiers. L’éclairage également est inexistant puisque les projecteurs ne fonctionnent plus depuis plusieurs années sans qu’on daigne les réparer. Situé en zone isolée, et mitoyen du jardin communal qui est également à l’abandon, le stade sert par ailleurs de dépotoir à toutes sortes de détritus, sans oublier les dépôts des ordures ménagères, rendant l’air irrespirable pour les sportifs et les jeunes qui fréquentent les lieux.
Massinissa A.