Accueil Bouira Les agriculteurs dans le désarroi

CHORFA - Inondation des terres agricoles

Les agriculteurs dans le désarroi

116

Les propriétaires des terres agricoles longeant l’oued Sahel sont dans l’expectative depuis des années à cause du problème des crues de ce cours d’eau, qui inondent leurs propriétés. A titre d’exemple, dans la commune de Chorfa, d’où coule cette rivière, les propriétaires terriens ne savent plus à quel saint se vouer pour faire épargner à leurs biens les défluviations ravageuses de l’oued Sahel.

Ainsi, les averses grignotent chaque fois des pans entiers de leurs terres, tout en emportant leurs arbres, dont des oliviers. «A chaque crue de l’oued Sahel, les eaux envahissent mes terres qui longent cette rivière. Mes oliviers se retrouvent à chaque fois sous l’eau, qui met des jours pour s’évaporer. Il m’est impossible d’exploiter mes terres avec ce problème récurrent. A l’arrivée de la campagne de la cueillette des olives, je prie toujours pour que les crues ne se produisent pas afin que je puisse récolter mes olives», indique, dépité, le propriétaire une glèbe située à la lisière de l’oued Sahel.

Ainsi, les débordements du Sahel, qui se «réveille» durant les périodes de pluie, inondent les terres riveraines et provoquent des dégâts incommensurables, tels le déracinement des arbres fruitiers, la submersion des cultures maraîchères et le grignotement des pans de terres agricoles. Les terrains en question ne sont pas protégés par des gabions, d’où ce problème d’inondation.

Et à force de submersion, ces terres agricoles finissent par devenir incultes, car elles se trouvent envahies par les alluvions chargés de marne, de sable et de galets. Un état de fait que déplorent leurs propriétaires, confrontés à ce problème qui devrait mobiliser des sommes colossales pour sa résolution.

Y. S.