Accueil Bouira Les céréaliers respirent

Vallée du Sahel

Les céréaliers respirent

68

La région de la Vallée du Sahel est connue pour ses vastes terres agricoles fertiles. Cette plaine « enserrée » entre les contreforts de la chaîne montagneuse du Djurdjura et les Bibans compte un verger arboricole impressionnant prédominé par les oliviers. Cependant, cela n’a pas empêché pour autant d’autres filières agricoles à être exercées avec amour et abnégation par les paysans de ces contrées rustiques. À l’instar de la céréaliculture qui nonobstant la faiblesse de la surface occupée, il n’en demeure pas moins qu’elle est incontournable dans le domaine agricole de la région.

Exception faite de la ferme d’Oughazi à M’chedallah, où de larges surfaces sont emblavées dans un but commercial, le reste des terres relevant du domaine familial privé est emblavé pour la consommation familiale. Ainsi, des fermes privées sont semées de blé et autres céréales comme l’orge et ce dans le but de consommer les récoltes. Comme il est connu, cette filière dépend beaucoup de l’eau du ciel, et les récoltes dépendent de cet « arrosage » qu’effectue dame nature.

Les céréaliers et autres petits fellahs scrutent à chaque fois le ciel dans l’espoir de voir surgir les nuages noirs porteurs de pluies. L’angoisse est d’autant plus ressentie par leur soin lorsque le ciel devient « avare » en pluies et ce pour de longues semaines voire de mois, où ces paysans se voient contraints de débourser des sommes faramineuses pour irriguer les cultures céréalières au risque de les voir péricliter. Néanmoins, pour le cas actuel, les paysans de cette région du Sahel sont plus que soulagés surtout après les dernières pluies salvatrices qui ont dissipé leurs angoisses avec une très bonne pluviométrie. Comme constaté dernièrement les céréales semées un peu partout dans la région affichent une bonne « santé » avec des épis qui ont pris du volume préludant d’une bonne récolte cette année.

Y. S.