Accueil Bouira Les commerçants ambulants bravent les intempéries

M'Chedallah

Les commerçants ambulants bravent les intempéries

58

Les commerçants ambulants des fruits et légumes, qui occupent le moindre espace libre tant à l’intérieur des centres urbains ainsi que les accotements des principaux axes routier de la région de M’Chedallah, sont «fidèles au poste» malgré le déchaînement des éléments de la nature.

Ces marchands écument toujours leurs places habituelles malgré les pluies diluviennes, les chutes de neige, les violentes tempêtes de vents et le verglas. Ces intervenants, qui sont en majorité des pères de familles nombreuses, se couvrent comme ils peuvent, en aménageant des toitures à l’aide bâches en plastique, des plaques de tôles usées…

Le plus frappant dans cette situation, c’est que ces commerçants ambulants, qu’on retrouve en grand nombre au niveau de la Nouvelle-ville de M’Chedallah, le long du tronçon de la RN5, entre Ighrem et le carrefour d’Ahnif, ou encore aux deux périphéries de Raffour et le long du boulevard central de Chorfa, se font remplacer ou aider par leurs enfants en bas âge, qui subissent, sans se plaindre, les mêmes affres climatiques.

Les bambins qu’on retrouve aussi au niveau du marché hebdomadaire de M’Chedallah, qui se tient tout les lundis et mardis, risquent des maladies endémiques, telle que la bronchite, la pneumonie et autres maladies broncho-pulmonaires.

Le plus curieux dans cette histoire, c’est que chacune des communes de la daïra de M’Chedallah a bénéficié de projets de deux marchés couverts, réalisés depuis 2016, mais non attribués. A souligner que cette filière de vente des fruits et légumes a absorbé un taux important de chômeurs dans la région, mais elle intervient dans une anarchie totale.

Beaucoup de nuisances sont en effet engendrées par cette activité, telles que la perturbation de la circulation routière et la pollution. Notons, enfin, que la plupart des commerçants ambulants refusent de rejoindre les stands qui leur sont attribués au niveau de plusieurs marchés couverts, du fait de leur «mauvais emplacement».

Oulaid Soualah