Accueil Bouira Les habitants excédés

BORDJ OKHRISS - Dégradations à la cité des Martyrs

Les habitants excédés

73

La cité des Martyrs, gérée par l’OPGI, au chef-lieu communal de Bordj Okhriss, au sud-ouest de la wilaya de Bouira, enregistre des insuffisances qui ne sont pas sans conséquences sur le cadre de vie de ses résidents. Un cadre de vie qui, selon ses habitants, ne cesse de se dégrader au fil des années.

Ces derniers évoquent les principaux problèmes, qui leur empoisonnent la vie. Il s’agit d’abord des vides sanitaires de la plupart des blocs résidentiels qui sont inondés par les eaux usées. Conséquence : des odeurs insoutenables empestent les cages d’escaliers et importunent les résidents.

«Les vides sanitaires ne sont pas entretenus d’une manière régulière, ce qui favorise la stagnation des eaux usées et le développement des saletés», témoigne un résident de la cité qui explique que «des odeurs nauséabondes se dégagent de ces caves et empestent les cages d’escaliers et aussi toute la cité».

A ce problème vient s’ajouter celui des mouches qui prolifèrent en nombre surtout en été. «En été, la cité devient invivable tant les odeurs et les moustiques empoisonnent la vie de ses habitants. Ces derniers subissent d’ailleurs les piqures des moustiques et ce sont les enfants qui en pâtissent le plus, car ils sont très sensibles», témoigne un père de famille. Ce que redoutent le plus les habitants, ce sont les risques sur la santé publique, surtout en été, car la stagnation prolongée des eaux usées favorise l’apparition de graves maladies, comme le choléra et la malaria. En plus de ce problème des plus lancinants, les habitants de la même cité évoquent l’état dégradé des cages d’escaliers.

«Les marches d’escaliers sont dans un était très dégradé et leur carrelage est carrément usé. Il y a un risque permanent de chute. Elles sont également toutes décrépies et leur peinture s’est carrément dégradée», confient d’autres habitants. A l’origine de cette situation, nos interlocuteurs évoquent le manque d’entretien de leur cité. «La gestion de l’OPGI laisse à désirer, car aucun entretien n’est assuré depuis plusieurs années. Les locataires s’aquittent chaque mois des loyers mais, en contrepartie, aucune prestation ne leur est assurée par les gestionnaires de la cité», déplorent les résidents. Pour eux, cette situation ne peut continuer.

Les autorités locales doivent intervenir pour faire pression sur les gestionnaires de la cité afin d’améliorer leur cadre de vie. Les habitants préconisent le réaménagement des vides sanitaires de sorte à séparer le réseau d’AEP du réseau d’assainissement pour éviter tout risque de MTH. Ils souhaitent aussi l’entame des travaux de réhabilitation des cages d’escaliers.
D. M.