Accueil Bouira Les motos de la colère

Nuisances sonores au centre-ville

Les motos de la colère

133

Les bruits assourdissants des grosses motos et autres scooters commencent à sérieusement agacer les citoyens de la ville de Bouira. En effet, les habitants de nombreux quartiers de la ville font depuis plusieurs jours part de nuisances sonores, un peu partout à travers le chef-lieu de wilaya. Selon le témoignage de certains d’entre eux, chaque soir, de nombreux motards sillonnent le centre-ville avec leurs deux-roues qui produisent des bruits assourdissants et ne sont pas sans conséquences sur la quiétude. «Chaque soir, nous sommes réveillés par les bruits assourdissants des grosses motos qui nous arrachent littéralement du lit.

Nous vivons un véritable calvaire», témoigne un père de famille résidant au quartier populaire l’Ecotec. Et d’ajouter : «A hauteur du boulevard où je réside des motards appuient sur le champignon et le vrombissement des grosses cylindrés retenti dans le quartier. Parfois, les motards s’adonnent à de véritables scènes de rodéo.» Les mêmes scènes sont relatées par des habitants du quartier des 140 Logements, celui du Château et à Farachati. Ils assurent souffrir des bruits assourdissants produits par ces motos la nuit et parfois à des heures très tardives.

«Ces motards bruyants qui troublent la quiétude des habitants ne se rendent même pas compte des désagréments causés aux malades et aux enfants en bas âge, qui ont besoin de repos», déplore un autre habitant du centre-ville, qui conseille à ces amateurs de sensations fortes d’aller exercer leur passion ailleurs qu’au centre-ville. Devant ces scènes de tapage nocturne qui ont, selon certains, tendance à devenir récurrentes depuis plusieurs jours, des habitants s’interrogent sur le rôle des services de la Police de l’urbanisme et de l’environnement supposés lutter contre le phénomène des nuisances sonores.

D’ailleurs, pour beaucoup d’habitants, si ces motards agissent de la sorte et viennent troubler chaque soir leur quiétude, c’est parce qu’il n’y a personne pour les rappeler à l’ordre. D’où leur appel à l’intervention des services de police pour faire régner l’ordre et sévir contre ces conducteurs indélicats.

D. M.