Accueil Bouira Les oliveraies en proie à la pollution

Vallée du Sahel

Les oliveraies en proie à la pollution

34
Olive tree on red soil

La pollution n’épargne aucun espace environnemental ou urbain dans la région du Sahel. Ce phénomène ne cesse de prendre des proportions alarmantes, ces dernières années, au point où les plus avertis se posent la question combien de temps cela va encore durer pour que l’on daigne prendre le taureau par les cornes et lancer une lutte implacable contre la pollution et les pollueurs.

Le constat est plus qu’alarmant: les déchets continuent à envahir l’environnement, les villages et les centres urbains sans que cela ne suscite la moindre action de la part des pouvoirs publics pour stopper leur avancée. Parmi ces lieux infestés par la pollution aux déchets en tous genres, on peut trouver les oliveraies. Ces lieux abritant des vergers oléicoles sont en proie malheureusement aux ordures jetées à tout-va par des individus pour qui la protection de l’environnement n’a aucun sens.

À l’exemple de l’EAC (exploitation agricole collective), une oliveraie sise au chef-lieu communal de Chorfa, qui se trouve envahie par des déchets étalés sur plusieurs hectares. Cette EAC est traversée par la RN26 où des automobilistes de passage y jettent des détritus sans aucun ménagement. D’autres, en s’abritant sous l’ombre des oliviers pour prendre des repas, laissent leurs déchets sur place comme des emballages de boissons alcoolisées, des sachets en plastique, des boîtes de conserve…

Cela sans évoquer les marchands ambulants des fruits et légumes qui jettent dans cette oliveraie les fruits et légumes avariés en sus des sachets et cartons usées. L’EAC ou l’oliveraie en question, accessible à n’importe qui, est traversée par des sentiers en mailles ce qui fait qu’elle soit investie par la pollution. Sans grillages et sans gardiens, elle périclite à vue. Et c’est le même constat fait malheureusement pour la ferme pilote de M’Chedallah qui abrite des sentiers avec une pollution aux déchets et autres gravats qui va crescendo.

«C’est vraiment malheureux que de constater la situation déplorable des oliveraies de notre région, lesquelles sont transformées en dépotoirs. Jadis, l’olivier était vénéré par nos ancêtres, car il constituait l’une des ressources de vie. Aujourd’hui, il a perdu de sa valeur aux yeux des gens, en tout cas des pollueurs qui le dégradent sans aucune vergogne», déplore un habitant de l’ex-Maillot.

Y. S.