Accueil Bouira Les orages dévoilent le bâclage des chantiers

M'chedallah - Nouvelles averses, nouvelles inondations

Les orages dévoilent le bâclage des chantiers

92

Les importants orages qui ont balayé la région ces dernières quarante huit heures ont une fois de plus mis à nu le bâclage des travaux des infrastructures étatiques au niveau de la daïra de M’chedallah. Aucun chef-lieu de commune ou importantes agglomérations n’ont été épargnés par les inondations provoquées par ces averses de pluies importantes et sporadiques. C’est le cas au niveau de la nouvelle ville de M’chedallah, le boulevard central de Chorfa, celui de Saharidj et Ighrem dans la commune d’Ahnif et à Selloum dans la commune d’Aghbalou où elles furent beaucoup plus intenses.

Ces inondations à répétition ont un dénominateur commun, les ouvrages de drainage et évacuation des eaux pluviales inopérants dont la majorité ont moins de cinq (05) ans d’âge, et ce à cause d’un bâclage lors de leur réalisation et de l’absence flagrant de suivi technique. Ces boulevards ou rues centrales sont des tronçons de routes nationales qui traversent ces chefs-lieux de commune des importantes agglomérations en plein milieu dans le sens de la longueur dont le plus court fait deux (02) km.

La circulation automobile sur ces tronçons inondés devient périlleuse ou carrément bloquée à la moindre averse de pluie. Il est à noter aussi que d’autres inondations surviennent sur d’autres infrastructures étatiques telles que les écoles, tous paliers confondus, ou les blocs résidentiels. La cause commune étant les fissures au niveau de l’étanchéité et des tuiles emportées par les vents et non remplacées pour celles de ces infrastructures ayant une toiture en charpente.

La troisième raison de ces désormais traditionnelles inondations est la non remise en l’état des lieux notamment lors de la réalisation d’ouvrages souterrains. Une obligatoire clause figurant sur tous les marchés et cahiers des charges mais jamais appliquée. Sur la RN 15 traversant la localité de Selloum, la non remise en l’état de la chaussée a fini par dégrader la route en la transformant en véritable oued lequel se trouve inondé à chaque ondée.

Sur la même route, sur son tronçon traversant Chorfa, c’est plutôt l’insuffisance des ouvrages de drainage et l’obstruction des rares ouvrages existants qui sont à l’origine des inondations de la route.

Oualaid Soualah