Accueil Bouira Les paniers du Ramadhan de retour

VALLÉE DU SAHEL - Solidarité

Les paniers du Ramadhan de retour

112

Devant l’entrée des commerces de l’alimentation générale activant dans la région de la vallée du Sahel, les corbeilles de Ramadhan ont refait leur apparition, portant le sceau des associations caritatives, à l’instar de Kafil El Yatim. En effet, à quelques jours seulement de l’entame du mois sacré, la solidarité agissante est «mise en branle» par des associations caritatives locales, et ce afin de venir en aide aux familles qui sont dans le besoin.

Comptant sur la générosité et la compréhension des citoyens, ces organismes sociaux placent des paniers devant chaque commerce comme pour dire aux bienfaiteurs qu’ils devraient penser à leur prochains en mettant un ou des produits alimentaires dans ces récipients pour les distribuer sur qui de droit, notamment sur les familles ayant des orphelins. Cet appel de pied trouve heureusement à chaque fois des âmes charitables qui ne lésinent pas sur les moyens afin d’aider les couches défavorisées de la société.

Ainsi donc, des boîtes de tomates de conserve, des pâtes, du café moulu, de l’huile de table, des féculents, du lait en poudre et bien d’autres denrées alimentaires sont cédés gracieusement par les clients de ces commerces dans un élan de solidarité fraternelle caractérisant le peuple algérien à l’arrivée du mois sacré de Ramadhan. «La pose des paniers de solidarité devant les portes des commerces et autres supérettes pour venir en aide aux démunis est une initiative vraiment à saluer.

Les familles nécessiteuses ont plus que besoin d’aides durant le mois de Ramadhan pour jeûner dans les conditions requises. L’entraide est cruciale, surtout de nos jours avec la paupérisation de larges pans de la société», affirme l’un des clients accostés dans une supérette à M’Chedallah. Ainsi, cette opération de paniers de Ramadhan qui marque la solidarité entre les citoyens porte toujours ses fruits, en permettant aux familles issues du milieu défavorisé de passer un mois de jeûne à l’abri du besoin, car c’est pendant ce mois de piété que la demande en produits alimentaires s’accroît de façon exponentielle, et ce pour compenser les longues journées du jeûne.

Y. S.