Accueil Bouira Les prix des fruits et légumes en chute libre

M'CHEDALLAH - La mercuriale plus clémente après l'Aïd

Les prix des fruits et légumes en chute libre

358

Au niveau des marchés de la daïra de M’Chedallah, les prix des fruits et légumes ont connu un net recul au lendemain de l’Aïd, après une flambée qui aura duré tout le mois sacré. Actuellement, les étals des marchés et ceux des commerces des légumes et fruits sont inondés de marchandises ne trouvant pas preneur.

L’offre est nettement plus importante que la demande, ce qui explique, en grande partie, cette baisse des prix. Les produits ayant fait fureur le long du mois de Ramadhan s’affichent à moitié prix. A titre d’exemple, la pastèque est cédée entre 25 et 30 DA le kg, alors que durant le mois sacré, son prix n’est pas descendu au-dessous de 50 DA. Le melon, vendu auparavant à 100 DA le kg, affiche entre 50 et 55 DA. L’abricot, un fruit de saison, est vendu à 40 DA le kilo. En ce qui concerne les légumes, la pomme de terre s’affiche à 45 DA contre un prix qui dépassait largement les 50 DA durant le mois sacré. L’oignon vert, le piment et la carotte sont vendus à 25 DA le kilo, la tomate à 60 DA contre 120 DA, au Ramadhan. La courgette coûte 30 DA et le haricot vert 80 DA. Ce dernier avait, pour rappel, atteint 200 DA durant le mois sacré.

Les prix des viandes aussi ont enregistré une baisse assez sensible : le poulet de 180 DA, la viande bovine de 300 DA et ovine de 400 DA. Le plateau d’œufs est, quant à lui, cédé à 200 DA soit moins de 130 DA précédemment. Cette baisse des prix des légumes, des fruits, des viandes et œufs, enregistrée après la fête de l’Aid El Fitr, s’explique par un net recul de la demande des consommateurs et une offre importante de ces produits.

Le mois de Ramadhan est connu pour l’importante demande des ménages, en divers produits. Situation qui a induit un certain décalage entre l’offre et la demande et a induit, par conséquent, une hausse des prix. Une hausse également due à la spéculation des commerçants, qui profitent du mois sacré pour engranger un maximum de bénéfices sur le dos des consommateurs.
Oulaid Soualah