Accueil Bouira Les producteurs dans l’expectative

Agriculture - Faute de preneurs, la pomme de terre non récoltée

Les producteurs dans l’expectative

70

Dans la wilaya de Bouira, la filière de la pomme de terre est en proie à des difficultés inextricables empêchant du coup son plein essor.

Selon les professionnels en la matière, la filière fait périodiquement face à un problème crucial, celui de l’écoulement des importantes quantités produites. Le même scenario s’est de nouveau produit cette saison. En effet et selon nos informations, ce sont d’importantes quantités du tubercule de la production de l’arrière-saison qui sont toujours sous terre.

Des quantités qui devaient être récoltées et mises sur le marché il y a de cela quelques semaines, mais faute de preneurs sur le marché, la pomme de terre de l’arrière-saison n’a pas été récoltée. Situation qui a mis les producteurs dans une mauvaise passe et dans des difficultés, notamment sur le plan financier, surtout si l’on sait que ces producteurs ont contracté d’importants crédits auprès des fournisseurs des engrais et de semences.

À ces problèmes financiers vient s’ajouter le risque de voir toute la production pourrir sous terre. «Nous risquons carrément le dépôt de bilan car si cette production n’est pas écoulée, nous ne pourrons jamais payer nos différents fournisseurs», estime un producteur de pomme de terre. Il faut dire que le contexte actuel marqué par l’arrivée d’importantes quantités de pommes de terre en provenance d’El Oued a eu un impact négatif sur les prix de la revente du tubercule dans les marchés du gros.

«Avec les cours actuels du tubercule, nous risquons de ne pas rentrer dans nos frais. Le prix idéal de la vente oscille entre 25 et 30 DA. Pis encore, notre production ne trouve pas preneurs car nos acheteurs habituels préfèrent aller s’approvisionner ailleurs à des prix très bas», confie un autre producteur.

Ce dernier parle aussi de la difficulté à stocker toute cette production au niveau des chambres froides. Et c’est là qu’intervient le dispositif Syrpalac, lequel a pour mission de réguler le surplus de la production de pomme de terre. Ce système mis en place par l’État ces dernières années intervient pour réguler le marché et assurer aussi bien une stabilité des prix de ce produit et préserver les revenus des producteurs.

Selon les producteurs de pomme de terre de Bouira, ce système ne fonctionne toujours pas. Il faut signaler qu’une réunion s’est tenue, jeudi dernier, au niveau de la chambre de l’agriculture en présence des producteurs, des représentants de la DSA, du conseil interprofessionnel de la filière pour tenter de trouver des solutions au problème. Il a été décidé à l’issue de cette rencontre de dépêcher une délégation sur Alger pour rencontrer le ministre de tutelle en vue de la prise en charge du problème.

D. M.